topheader

Mardi gras: les enfants du Complexe socioéducatif de Koumassi honorent les agriculteurs

Centre de protection de la petite enfance et le complexe socio-éducatif de Koumassi ont été édifiés sur le thème du Mardi gras 2023.
27
header-ban
S'inscrire à la newsletter

Le Mardi gras, originaire d’une pratique religieuse chrétienne, qui consistait à s’amuser et à manger « Gras » avant le carême chrétien, période de 40 jours de jeûne précédant la fête de Pâques, a été célébré, le mardi 21 février 2023, dans plusieurs établissements préscolaires et scolaires ivoiriens.

Mardi gras à Koumassi
Les enfants du Centre de protection de la petite enfance et le complexe socio-éducatif de Koumassi ont participé activement à la fête du Mardi gras 2023.

Lire aussi: http://pressecotedivoire.ci/article/16201-le-jeune-rappeur-ivoirien-ezamafork-est-mort

header-ban

Le Centre de protection de la petite enfance et le complexe socio-éducatif de Koumassi, comme à son habitude, n’est pas resté en marge de cette célébration du Mardi gras d’une importance capitale pour les enfants du préscolaire.

A cet effet, un spécialiste du monde agricole, M. Coulibaly, de la Direction de la Filière Coton-anacarde, a été invité pour entretenir les enfants dudit centre sur le thème de l’année « Honneur aux acteurs du monde agricole». A en croire un responsable de ce centre, « Le Mardi gras est aussi une fête culturelle à travers laquelle l’enfant découvre beaucoup de cultures dans son environnement socio-professionnel. »

M. Coulibaly de la Direction de la filière Coton-anacarde a, pour sa part, expliqué les raisons du choix du thème de ce mardi gras de cette année 2023. Selon lui, c’est une manière pour le Ministère de la Femme, de la Famille et de l’enfant de rendre un hommage aux braves paysans de Côte d’Ivoire et du monde à travers cette journée dédiée aux tout-petits. « Félicitons et encourageons nos parents du monde agricole qui se trouvent dans les campements hameaux et villages pour le travail qu’ils abattent et tous les acteurs de la chaine de production.

Lorsqu’il y a un seul jour de grève du monde paysan, tout le monde est atteint ; alors à travers cette journée, nous rendons hommage à ceux-là mêmes qui sont un maillon essentiel dans le monde », a-t-il dit. Pour l’envoyé de la Direction de la filière Coton-anacarde, « si la Côte d’Ivoire est arrivée à ce niveau de développement, c’est bien sûr grâce à son agriculture. L’agriculture, c’est le passé, le présent et le futur de la Côte d’Ivoire. »

- Advertisement -

Il a tenu à rappeler la célèbre citation du premier président ivoirien sur l’Agriculture comme étant le moteur du développement de la Côte d’Ivoire, à savoir « Le succès de ce pays repose sur l’Agriculture. » Pour M. Coulibaly, c’est une marque de considération au monde agricole et à tous ceux qui contribuent à l’économie du pays.

Aux enfants, il a donné quelques exemples des produits des agriculteurs donnant naissance aux produits finis. « Les tissus que vous portez proviennent du coton, les chaises sur lesquelles vous êtes assis proviennent de l’arbre appelé hévéa. Un autre exemple, l’anacarde, ça donne de la pomme. Et la noix brute peut être transformée pour produire de l’amende, la sauce arachide ou alors du chocolat », a expliqué M. Coulibaly.

Il a également donné plus d’information sur le Conseil Coton-Anacarde qu’il représente pour la circonstance. « Le Conseil Coton-anacarde est un organe de régulation ; c’est-à-dire, on suit, on développe, on contrôle la commercialisation du coton et de l’anacarde. Les acteurs sont les paysans. Depuis quelques années, nous avons les transformateurs. Maintenant, on n’enverra plus les noix à l’étranger, soit ailleurs. Nous pourrons nous-mêmes les transformer sur place », a conclu M. Coulibaly.

Lire aussi: https://justeinfos.net/region-du-cavally-du-materiel-didactique-offert/

C’est aux pas de danse dans une ambiance de fête populaire et de distributions de kits alimentaires que la fête a pris fin.

Antoine Kouakou.

- Advertisement -

- Advertisement -