topheader

Taxis compteurs : La FIPETCA dénonce la concurrence déloyale de Yango, Uber… à Abidjan

La présidente de la FIPETCA, Dr Koné Maférima a fait le point des activités de sa structure et surtout dénoncé la concurrence déloyale grandissante menée par les opérateurs Uber, Yango...
50
S'inscrire à la newsletter
header-ban

Dr Koné Maférima, présidente de la Fédération ivoirienne du patronat et des exploitants de taxis compteurs d’Abidjan (FIPETCA) entourée de ses plus proches collaborateurs a animé, le vendredi 29 octobre 2021, au siège de cette fédération à Abidjan-Treichville, une conférence de presse. Il s’agissait pour la présidente de la FIPETCA de passer en revue les actions menées, 1 an après la création de cette fédération et 8 mois après son congrès. Particulièrement, Dr Koné Maférima a tenu à dénoncer la concurrence déloyale menée par les opérateurs que sont Yango, Uber, etc. dans le domaine du transport des taxis compteurs à Abidjan en rassurant les promoteurs de taxis compteurs que sa structure travaille pour que cette situation trouve solution.

Pour la conférencière, consciente de la vétusté du parc automobile des taxis compteurs, sa structure, en partenariat avec des partenaires financiers, a initié le renouvellement du parc automobile des taxis compteurs à hauteur de 5 000 nouveaux taxis compteurs sur 5 ans, soit 1000 nouveaux taxis compteurs chaque année. « Je puis vous confirmer que les premières commandes sont arrivées au Port d’Abidjan et celles qui ont déjà rempli toutes les formalités sont au niveau de l’immatriculations. C’est vous dire que le renouvellement du parc auto, comme demandé et initié par le gouvernement à travers le ministre des Transports, M. Amadou Koné, a été bien compris par la FIPETCA et c’est une réalité aujourd’hui », a indiqué la présidente de la FIPETCA qui a fait savoir que très bientôt, ils procéderont au lancement officiellement de ce renouvellement de cet parc auto des taxis compteurs.

Cependant, elle a déploré l’arrivée sur le terrain des taxis compteurs à Abidjan, des VTC (Véhicules de Tourisme ou de Transport avec Chauffeur) avec les opérateurs Yango, Uber etc. Pour elle, ces VTC leur mènent une concurrence déloyale sans précédent. « Je dirai même inqualifiable », a déploré Dr Koné Maférima. La présidente de la FIPETCA a expliqué les démarches auprès de la Direction générale des Impôts pour trouver des solutions à cette concurrence déloyale de Yango, Uber… qui pourtant au départ avait indiqué être venus pour permettre aux taxis compteurs d’apporter une plus-value à leur activité.

header-ban

Elle est revenue sur les sacrifices financiers consentis par les propriétaires de taxis compteurs dont le secteur fait vivre plus de 50 000 personnes. Cela à travers le paiement de l’assurance transport (40 000 FCFA à 100 000 FCFA), la carte de transporteur (100 000 FCFA), la carte de transport par véhicule ou carte de stationnement (17 500 FCFA à 18 000 FCFA)… « En face, les concurrents Yango et Uber, qui exercent dans l’illégalité la plus absolue en utilisant des véhicules non estampillés dits « banalisés », ne supportent aucune charge en dehors d’une assurance « promenades et affaires », qui cependant, exploitent le réseau des taxis compteurs », a dénoncé la présidente de la FIPETCA. Elle a même évalué cette assurance « promenades et affaires » qui est de 10 000 FCFA seulement.

- Advertisement -

A en croire la conférencière, cette situation de concurrence déloyale engendrée par Uber et Yango annonce la mort programmée du taxi compteur et impacte sur le projet du gouvernement dénommé « Taxi Ivoire ». Car cela fait que les bénéficiaires de ce projet n’arrivent pas à rembourser leurs créances « obligés qu’ils sont de partager leurs recettes avec des concurrents illégaux et inégaux en charges ». Elle a évalué cette concurrence déloyale aux taxis compteurs à plus de 18 000 véhicules non-estampillés. « Ce qui fait perdre à l’Etat environ 10 milliards FCFA par an », a déclaré la présidente Koné Maférima.

Pour la présidente de la FIPETCA, toute cette situation a fini par exaspérer les propriétaires de taxis compteurs et les chauffeurs qui ne manquent pas d’envisager des grèves dans le secteur afin de se faire entendre. Elle a invité ceux-ci à la retenue car la FIPETCA est à pied d’œuvre afin de trouver des solutions. Aussi a-t-elle salué les efforts du Haut conseil du patronat des entreprises du transport routier avec qui, ils continuent les discussions avec les autorités gouvernementales. Aussi a-t-elle rassuré que les nouveaux taxis compteurs qui ont été commandé bénéficie des commodités et de la technologie de pointe.

Il faut noter que la FIPETCA en tant que fédération regroupe les organisations patronales du secteur des taxis compteurs que sont l’Union patronale des exploitants de taxis compteurs de Côte d’Ivoire (UPETC-CI) dont la présidente est Dr Koné Maférima, le Groupement des professionnels des taxis compteurs (GPTC), l’Association des propriétaires de taxis compteurs de Côte d’Ivoire (APTC-CI), le Rassemblement des propriétaires des taxis compteurs d’Abidjan (RPTCA) et l’Union des propriétaires des taxis compteurs de Côte d’Ivoire (UPTCCI).

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -

ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanPortugueseRussianSpanishSwahili