topheader

COSCEL-CI: son bilan d’observation avant les prochaines élections générales en Côte d’Ivoire

Neta Willy, porte-parole du COSCEL-CI( en costume), à la table des présidents d'organisations membres, lors de son intervention.
115
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Le Consortium des Organisations de la Société Civile pour les Élections en Côte d’Ivoire (COSCEL-CI) a, par la voix de son porte-parole, Neta Willy, animé une conférence de presse en vue de faire le point de son observation pré-électorale sur la situation socio-politique qui prévaut en Côte d’Ivoire, avant les prochaines élections générales  (municipales et régionales) prévues pour le 2 septembre 2023. Cette conférence de presse a eu lieu mercredi 16 août 2023 dans la commune de Cocody, à Abidjan.

Conférence de presse du COSCEL-CI
Une vue des invités et assistants à cette conférence de presse du COSCEL-CI;

En effet, selon le porte-parole du COSCEL-CI, cette organisation a démarré ses activités d’observation de l’environnement pré-électoral depuis le 1er juillet 2023 et a pris fin le 31 juillet 2023. « L’observation du COSCEL-CI porte sur les dynamiques sociopolitiques et l’environnement sécuritaire à l’échelle locale et au niveau national ainsi que sur les réseaux sociaux… », a indiqué Neta Willy.

Lire aussi: https://www.aip.ci/cote-divoire-aip-le-ministre-amadou-coulibaly-lance-une-campagne-nationale-de-sensibilisation-a-lutilisation-responsable-des-reseaux-sociaux/

Parlant de facteurs de risques sociopolitiques et sécuritaires, le porte-parole du COSCEL-CI a fait savoir que son organisation a relevé que la quasi-totalité des partis et groupements politiques les plus en vue sur l’échiquier politique national (PDCI-RDA, PPACI, RHDP) ont été en proie à d’importantes frictions internes du fait de tensions autour du choix de certains candidats devant les représenter dans certaines circonscriptions.

« Ces frictions résultent principalement de l’absence de consensus autour de la désignation de figures adoubées par la Direction de ces partis et groupements. Cette situation a conduit à l’émergence de nombreuses candidatures indépendantes, dont certaines estiment faire l’objet de menaces et d’intimidations », a tenu à souligner Neta Willy.

Selon ce dernier « la saisine infructueuse du député maire sortant de Tiassalé relative à la révocation des candidatures de conseillers municipaux sur la base de l’article 39 de la loi 2012-1128 du 13 décembre 2012 portant organisation des collectivités territoriales a fortement contribué à crisper l’atmosphère pré-électorale dans cette localité. » Il a, également, déclaré que « en outre, les conflits fonciers observés dans la région de la Marahoué ainsi que les importants mouvements migratoires en provenance du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée Conakry, notamment dans les départements de Doropo, Téhini, Séguéla et Ouaninou, pourraient avoir un impact significatif sur l’environnement électoral de ces localités en amont du scrutin prévu le 2 septembre 2023. »

Parlant du monitoring des réseaux sociaux sur les dynamiques sociopolitiques et sécuritaires, fait par son consortium, il a affirmé que « en dépit de certains signes et initiatives visant l’apaisement, l’observation numérique réalisée au cours de cette période révèle un climat politique relativement polarisé à deux semaines des élections. » Mieux a dit Neta Willy « les enjeux électoraux exacerbent les ressentiments et les rivalités entre les différents partis et leurs partisans.

Les discours politiques clivants contribuent à alimenter cette polarisation, avec des attaques virulentes et des accusations de tous côtés. La défiance des partisans des candidats indépendants face aux partis traditionnels, accentue également cette atmosphère de méfiance et de confrontation. Les échecs d’alliances politiques et les frictions internes au sein des partis ajoutent une dimension de complexité au climat électoral annonçant potentiellement une campagne électorale sous tension. »

Il n’a, également, pas manqué d’expliquer l’analyse faite par le COSCL-CI de la liste provisoire électorale. « L’analyse a mis en exergue une adéquation entre les données publiées par la Commission Électorale Indépendante et celles continues sur le support numérique mis à disposition. L’analyse a dénombré 2 564 244 personnes de 18 à 35 ans soit 31,99 % et 3 886 425 femmes soit 48,48 %. Du point de vue de la précision, l’analyse effectuée indique que 7 591 906 électeurs sur 8 016 796 inscrits sur la liste électorale provisoire ont l’ensemble des caractéristiques indispensables renseignées, soit 94,70% des électeurs contre 5,3% avec des caractéristiques pas entièrement renseignés dont un nombre important de personnes nouvellement inscrites », explique-t-il.

Sur la question du découpage électoral, à en croire, le porte-parole du COSCL-CI « la majorité des lieux de vote figurant sur la liste électorale de 2020 a été reconduite en 2023. » Néanmoins, il a fait remarquer que l’on constate une faible proportion des lieux de vote de la liste de 2020 (708 lieux avec 277 098 électeurs) qui ont été retirés par rapport à celle des lieux ajoutés sur la liste de 2023 (755 lieux avec 308 811 électeurs). « Enfin, du point de vue de l’intégralité, sur la liste électorale provisoire 2023, l’âge minimum est de deux ans tandis que l’âge maximum est de 172 ans. En outre, 15 électeurs ont moins de 18 ans et 4201 électeurs ont au moins 100 ans ou plus », a affirmé Neta Willy.

Le porte-parole a également fait cas de la liste des candidatures avec les représentants des partis politiques, les indépendants et la représentativité des femmes. Sur ce dernier cas, le COSEL-CI s’est félicité du fait que l’intransigeance de la CEI pour le respect de la loi N° 2019-870 du 14 octobre 2019 ait permis d’obtenir 33,68% de candidatures de femmes pour ces élections générales du 2 septembre 2023. Là où l’on comptait 12% de femmes au cours des élections générales précédentes.

En sommes, pour le porte-parole du COSCL-CI, relativement à la tenue de ces élections générales du 2 septembre 2023, les signaux sont au vert clignotant. « Tous les éléments sont en train d’être mis en place par la CEI. Mais il y a toujours un risque », a déclaré Neta Willy.

A cet effet, pour un climat de sérénité, le porte-parole du COSCL-CI a lancé un appel aux Ivoiriens et aux parties prenantes dans ces élections générales du 2 septembre 2023. « Au regard de ce qui précède, le COSCL-CI appelle tous les candidat.es et les partis prenantes au processus électoral, à la retenue et au respect des valeurs démocratiques et des lois en vigueur ; invite tout.es les candidat.es au respect scrupuleux du code de bonne conduite des partis et groupements politiques, des candidates et candidats aux élections en Côte d’Ivoire; invite les usagers des réseaux sociaux à la retenue, notamment à proscrire tout langage de haine et de violence sexiste; félicite la CEI et les partis politiques pour le respect de la loi numero 2019-870 du 14 octobre 2019 favorisant la représentation de la femme dans les Assemblées élues ; invite le Gouvernement et les partis politiques à poursuivre sur cette lancée en vue du respect du quota au niveau du Sénat et de l’Assemblée Nationale; encourage les partis politiques à accroître le nombre de têtes de listes féminines pour les prochaines élections locales et régionales. »

Lire aussi: https://justeinfos.net/cote-divoire-apres-le-pont-bedie-alassane-ouattara-inaugure/

Il faut noter que le COSCEL-CI est une coalition de la société civile, composée de six organisations  que sont Indigo Côte d’Ivoire, CEVA, OIDH, FOSCAO Côte d’Ivoire, AFJCI, COSOPCI toutes spécialisées dans les domaines de la démocratie, de la gouvernance et des droits humains.

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -