topheader

Situation politique en Côte d’Ivoire et dans la sous-région : Le PCRCI dénonce…

Le Secrétaire général du PCRCI, Achi Ekissi très remonté.
28
S'inscrire à la newsletter

Le secrétaire général du Parti communiste révolutionnaire de Côte d’Ivoire (PCRCI), Achi Ekissi était face aux journalistes au siège de son parti à Abidjan dans la commune du Plateau, ce mardi 1er mars 2022. Il a tenu, à travers une conférence de presse, à se prononcer sur « la situation socio-politique actuelle en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest africaine. »

Le SG du PCRCI avait à ses côtés, des proches collaborateurs.

Selon le secrétaire général du PCRCI, sur le plan économique en Côte d’Ivoire, le pays connait en 2021 une croissance du PIB d’environ 6,7% et malgré la persistance de la Covid-19 et ses conséquences économiques, désastreuses, des multinationales exerçant en dans le pays affichent des centaines de milliards FCFA de bénéfices.

Quand paradoxalement, cette croissante se fait au détriment de la couche inférieure de la population ivoirienne dont les salaires restes bloquées ou pendant que les prix d’achat des produits des paysans subissent une baisse ou que l’on observe une inflation galopante généralisée pour tout le monde.

Selon le conférencier, cette situation est également profitable au clan de la haute bourgeoisie au pouvoir « par des vols, la surfacturation, favoritisme d’octroi de marchés publics, détournement de deniers publics » dont les auteurs restent presque impunis.

- Advertisement -

Sur le plan social, il a déploré l’augmentation tout azimut des prix en général sur les marchés. Selon le conférencier, en résumé, au plan socio-économique, il y a une forte croissance économique qui ne profite qu’aux hommes d’affaires du pouvoir ivoirien et aux multinationales.

Le SG Achi Ekissi était face aux journalistes.

« Au plan politique, le pouvoir Ouattara, soutenu par l’impérialisme international en général et en particulier, l’impérialisme français, a renforcé le caractère despotique de son pouvoir », a fait savoir le conférencier. Il est principalement revenu sur le dialogue politique qui selon lui est inutile. « Au cours de l’année 2021,  il a initié les ‘‘journées du dialogue national’’ dans le seul but de desserrer l’étau de la pression de l’opposition bourgeoise. Cette tactique lui a permis de s’octroyer la majorité absolue au Parlement dans le mois de mars de la même année. Il se prépare, avec la même tactique, à gagner les régionales en 2022 afin de se donner toutes les changes pour l’élection présidentielle de 2025 », a dénoncer Achi Ekissi.

Ainsi, selon le conférencier, la Côte d’Ivoire est confrontée en ce moment à deux obstacles. D’abord l’obstacle lié à la domination de la Côte d’Ivoire par les puissances impérialistes dont particulièrement la France. Quant au second obstacle, a fait savoir, le secrétaire général du PCRCI, il est lié à l’existence d’un pouvoir autocratique superstructure politique du système néocolonial qu’entretient la France. « Ce pouvoir empêche toute expression de liberté, viole les lois démocratiques, réprime toute contestation du peuple. Ce pouvoir sert aujourd’hui la politique belliqueuse de la France dans la sous-région », a accusé le conférencier. A cet effet, il a exhorté le Peuple ivoirien à prendre ses responsabilités en prenant en main de façon légale la lutte pour surtout bannir l’impérialisme définitivement hors du territoire ivoirien. Il est temps, a-t-il dit pour le peuple d’imposer par les moyens démocratiques ses dirigeants et non les laisser être imposés par l’extérieur.

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -