topheader

Projet AGRIDOM: l’OIT renforce les capacités des travailleuses domestiques ivoiriennes

La photo de famille après la cérémonie de clôture suite à la formation des travailleuses domestiques dans le cadre du projet Agridom pour la ratification de la convention C.189.
49
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Débuté le mercredi 31 mai 2023, dans la commune du Plateau, l’atelier  initié par l’Organisation internationale du travail (OIT), dans le cadre du projet AGRIDOM, pour renforcer les capacités des travailleurs afin de les doter d’outils et de connaissances sur le contenu de la convention 189, sur le processus de ratification et sur les techniques pour développer une campagne syndicale en vue de sa ratification a pris fin le vendredi 2 juin 2023.

Lire aussi: https://afrikmonde.com/celebration-de-lexcellence-beugre-mambe-aux-eleves-du-college-moderne-de-songon-vous-avez-trois-ennemis/

A cet effet, à la clôture, les représentants des différentes entités (UGTCI, FESACI, DIGNITE, UNATRECI et HUMANISME) regroupés au sein du CITEF-CI (Comité Intersyndical pour la Transition de l’Economie Formelle en Côte d’Ivoire) ont donné leur avis sur cet atelier. Du représentant de l’UGTCI au représentant de la FESACI, en passant par les représentants  de DIGNITE, UNATRECI, jusqu’à HUMANISME, tous ont dit être satisfaits de la formation reçue, relativement au projet AGRIDOM et les travailleuses domestiques.

Cet atelier, a indiqué Mme Adopo Marceline épouse Douai, coordinatrice générale du CITEF-CI, concerne typiquement les travailleuses domestique. « Le cas des travailleuses domestiques pourquoi ? Parce que depuis un bon moment, nous nous plaignons de la manière dont les filles sont traitées et nous nous plaignons aussi du comportement de ces filles. Nous savons que c’est un manque de pas mal de choses qui entraîne tout cela. Qu’est-ce qu’il faut faire ? Aujourd’hui, l’OIT nous a conviés à cet atelier pour réfléchir à comment régler ce côté pour qu’il ait une bonne harmonisation dans ce secteur d’activité », a révélé la Coordinatrice du CITEF-CI.

Selon Mme Marie-Laure Assirifix, coordinatrice du projet AGRIDOM, cette formation qui a consisté à renforcer les capacités des travailleuses domestiques aura une suite. « …c’était de renforcer vos capacités pour pouvoir élaborer un plan de communication, construire un plaidoyer sur cette question-là. Et le projet AGRIDOM va continuer de vous appuyer une fois que vous aurez élaboré un plan de communication. On pourra essayer de voir quelles actions concrètes sur lesquelles on pourrait vous appuyer », a indiqué la coordinatrice du projet AGRIDOM.

A en croire Mme Kattia, de ACTRAV, avec ce séminaire, c’est une étape franchie avec les travailleurs de la Côte d’Ivoire en vue d’atteindre le travail décent qui est selon elle, sa mission profonde. « Il y a une chose que j’aimerais relever. C’est le fait que ça été assez vivant, assez réaliste parce qu’on a parlé des réalités  qu’ont tenu à relever les travailleuses domestiques elles-mêmes. Et c’est ça qui était important de pouvoir travailler avec les travailleuses domestiques », a déclaré Mme Kattia. Selon elles, pour régler leurs problèmes, ce sont ces travailleuses domestiques elles-mêmes qui pourront parler de ce qui se passe et de proposer des solutions concrètes.

Gislain Danho formateur.

Pour sa part, Gislain Danho, formateur, expert des questions de communications et de migration,  a dit accompagné l’OIT qui veut mener une campagne de communication pour la convention 189 qui porte sur les droits des travailleurs domestiques.

« Mon but, en tant que formateur était d’outiller les syndicats et tous les partenaires qui vont travailler à ce plaidoyer de manière à pouvoir mener cette campagne qui va être une campagne de longue haleine. Qui va permettre de sensibiliser non seulement les populations mais aussi les décideurs sur les questions relatives aux droits des travailleurs domestiques qui dans notre société ne sont pas des hommes toujours très bien perçus.

Ce sont des personnes dont les droits sont bafoués, des personnes qui sont au bas de l’échelle sociale mais qui ont un rôle capital dans l’équilibre de notre société », a déploré le formateur. Pour qui ces personnes ont besoin d’être valorisées. « Surtout, il faut que l’Etat ivoirien accompagne le processus de formalisation du travail domestique.

Selon Gislain Danho, son travail consiste à aider les syndicats et les organisations de la société civile à porter la voix des travailleurs domestiques mais aussi à les former. Parce que, un individu qui ne connait pas ses droits, il est forcément très faible.

Lire aussi: https://justeinfos.net/journee-du-livre-la-2eme-edition-celebree-a-liepp-yopougon-ananeraie/

Il faut dire que cette formation a également eu pour objectif de permettre aux participants d’avoir une meilleure connaissance et une meilleure compréhension de la flexibilité, la validité, la pertinence et la portée des conventions liées à la migration de main d’œuvre, au recrutement équitable, au travail domestique, aux agences de placement, aux participants de s’approprier les étapes et le processus de ratification des conventions de l’OIT, conformément aux circonstances nationales, de reconnaître le rôle central du dialogue social et des principaux acteurs du monde du travail (représentants des organisations d’employeurs et de travailleurs) dans le processus de ratification des conventions, de rédiger des plans d’action de communication …

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -