topheader

PDCI-RDA : Akossi Bendjo veut la réinvention de son parti

88
S'inscrire à la newsletter

Noël Akossi Bendjo est le conseiller spécial chargé de la réconciliation et de la cohésion sociale du président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA. Il vient d’accorder une interview au confrère Le Nouveau Réveil, proche du parti créé par le père fondateur Félix Houphouët-Boigny. Dans la première partie de cette interview parue le mercredi 22 février 2023, l’ex-maire de la commune du Plateau, n’a pas voulu donner dans la dentelle sur certains sujets qui défraient, actuellement, la chronique.

Lire aussi: https://news.abidjan.net/articles/718192/municipales-2023-a-bouake-amadou-kone-recoit-le-soutien-des-jeunes-du-rhdp

En effet, Akossi Bendjo a dit ce qu’il pense des départs ou des défections des cadres et militants au sein du PDCI-RDA au profit de l’actuel parti au pouvoir, le RHDP du président Alassane Ouattara. Il a exprimé son désaccord contre tous ceux qui pensent que ces départs du PDCI-RDA n’ont aucun effet sur la vie et la performance du parti présidé par Henri Konan Bédié.

Pour lui, si la saignée du PDCI-RDA qui a commencé après la création du RHDP, avec le divorce du vieux parti d’avec son ex-allié, ayant entraîné le départ des premiers cadres (ministres et autres), continue, avec de récentes défections, c’est qu’il y a un véritable malaise. Selon l’ex-secrétaire exécutif adjoint, chargé de l’organisation et de la mobilisation au Pdci-Rda, il est temps de réagir.

Et c’est de bonne guerre que le parti qui est dans sa 23 année dans l’opposition après avoir bâti la Côte d’Ivoire et entretenu un climat de paix, d’hospitalité et de fraternité pendant près de 40 ans de pouvoir, cherche effectivement à se réveiller. Parce qu’il existe encore des Ivoiriens qui rêvent et qui restent nostalgiques de cette belle époque où la paix était prônée  et promue comme une seconde religion. Ce réveil ne devrait pas se faire n’importe comment. Il consiste effectivement à apporter un traitement de choc au malaise qu’il traverse après sa perte du pouvoir.

Et pour tout cadre ou militant conscient, il est normal de dire qu’il faut  un vrai diagnostic de la situation pour apporter un vrai remède. Parce qu’il n’est plus question de soigner superficiellement la plaie. « Le PDCI-RDA doit se repositionner en parti conquérant sinon nous serons condamnés à être à la traîne », déclare M. Bendjo au confrère.

- Advertisement -

Akossi Bendjo, qui s’est montré plus concret propose comme solution, la réinvention du PDCI-RDA. Un PDCI-RDA avec un esprit nouveau. Et ce ne sont pas les cadres et les hommes qui manquent. Parce que le parti de Bédié regorge encore d’un vivier de cadres,.à l’image de lui-même, Akossi Bendjo et autres et de militants compétents composés de jeunes hommes, de filles, de femmes, des hommes et de personnes âgés qui croient encore à leur parti. Et avec l’opérationnalisation de cette réinvention du premier parti ivoirien, comme le propose l’ex-premier magistrat du Plateau, il est certain qu’il va s’ouvrir « au sein du PDCI-RDA un nouveau cycle d’espoir et d’espérance. »

Tous sont d’accord, qu’un parti ne peut être jugé performant que par le nombre de ses élus. Et avec les élections générales qui arrivent à grande vitesse, en novembre prochain, rien ne doit être négligé. Il faut prendre en compte les critiques des uns et des autres afin que ceux qui ont vite fait d’enterrer le vrai parti d’Houphouët-Boigny, sachent qu’il ne faut pas vendre la peau du loup avant de l’avoir tué.

Et ceux qui pensent également que Akossi Bendjo, forcé à l’exil pendant près de 3 ans va quitter le navire PDCI-RDA, doivent se désillusionner. Parce qu’il l’a également démenti dans cette première partie de cette interview accordée au confrère de « Le Nouveau Réveil ».

Lire aussi: https://justeinfos.net/tourisme-siandou-fofana-honore-des-acteurs-incontournables-du-secteur/

Akossi Bendjo ne bougera pas. Ni aujourd’hui, ni demain, confirme-t-il. Alors les oiseaux de mauvais augure doivent aller voir ailleurs selon les proches de M. Bendjo. Parce que pour le moment, le sang du vrai parti d’Houphouët-Boigny et de Bédié, son héritier, continue de couler dans les vaisseaux sanguins de l’ex-maire du Plateau. D’où son cri du cœur pour un PDCI-RDA à réinventer afin d’être plus conquérant pour avoir un grand nombre d’élus aux élections générales à venir et reconquérir le fauteuil présidentiel en 2025.

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -