topheader

Christianisme céleste : ce que Ediémou Blin Jacob a dit à la Paroisse Jérusalem nouvelle de Yopougon

38
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Ediémou Blin Jacob, Chef de diocèse, pasteur national de l’église du Christianisme céleste de Côte d’Ivoire a fait une visite surprise à L’Église du Christianisme céleste , la Jérusalem nouvelle de Yopougon cité CIE. C’était le dimanche 09 juin 2024 lors de la célébration de la « Moisson juvénile » des enfants de cette communauté de 0 à 15 ans.  

« Dieu a créé le monde avec tout ce qu’il contient et le 6ème  jour, il créa l’homme et Dieu vit que cela était bon.  C’est ce monde que vous incarnez » a déclaré le chef de l’église du christianisme céleste de Côte d’Ivoire lors de son adresse aux enfants de la Moisson juvénile de cette paroisse. Ediémou Blin Jacob, a fait remarquer que Dieu avait regretté d’avoir créé  l’homme. Parce que celui-ci avait changé pour  croire en la tromperie du serpent.

Il a, par la suite, dit merci aux chrétiens depuis les responsables en passant par les enfants et les fidèles. Ceux-ci ayant choisi de perpétuer cette tradition voulue par le prophète Oshoffa. « Sachez que l’église du Christianisme céleste compte sur vous » a-t-il exhorté.

L’homme de Dieu a aussi félicité les chrétiens de cette communauté parce que  respectant, à la lettre, les recommandations de leur prophète concernant la date de la célébration de cette fête qui se tient au cours du sixième mois de l’année, 1er  dimanche après le 1er jeudi de l’eucharistie). « Le premier jeudi cette année, le 06 », a-t-il précisé.

Moisson juvénilleLe pasteur national de cette église a invité chacun à entrer dans l’obéissance en se conformant aux prescriptions de leur maître, le prophète Oshoffa  « Tout est écrit selon les recommandations du prophète  Oshoffa. Et la Jérusalem nouvelle a fait le bon choix. Il n’y a pas deux Oshoffa ni  deux églises du Christianisme céleste ni encore deux Ediémou. Ils veulent mettre le désordre mais Dieu est l’ordre » a-t-il clarifié.

L’homme de Dieu a, par la suite, interpellé les uns et les autres. A cet effet, il a rappelé les paroles dites par Dieu à Adam sur le  fruit défendu que ce dernier n’avait pas le droit de manger, sinon il en mourrait. « La brebis ne commande pas le berger. Si tu te  comportes mal, il y a le malheur. Les temps sont durs et il nous faut demeurer dans l’obéissance et ces petits enfants ont raison. En religion, on ne raisonne pas. On fait ce que le chef a dit », a conseillé le guide religieux pour qui c’est en étant obéissant ou en se faisant petit que le miracle s’opère dans la vie  des enfants de Dieu.

Le chef des chrétiens célestes croit pour finir que grâce à cette célébration et aux prières des enfants, la famille des chrétiens célestes sera exaucée. Il a dit être convaincu que la prière adressée à Dieu le Père est le double salut de l’humanité. Et même comme l’a prédit le prophète  Oshoffa, un chrétien céleste deviendra un jour président de la République de Côte d’Ivoire.

Pour Jean Abel Agoua, président adjoint du comité d’organisation de cette célébration de la Moisson juvénile, c’est un sacrement de l’église du Christianisme céleste à l’occasion duquel les enfants sont mis en avant, voire à l’honneur en les prenant en compte dans le déroulement du culte du début jusqu’à la fin.

Pour cela, ils officient le culte, font de la prédication, de la lecture, chantent… « Dieu a dit laissez venir à moi les enfants car le Royaume des cieux leur ressemble » a-t-il justifié.

« C’est le jour où nous honorons nos parents, nos aînés en faisant montre de notre savoir-faire », a précisé Tah Eunice, choriste, membre de la Moisson juvénile.

Hélène Aka

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -