topheader

Travailleurs migrants ivoiriens: un atelier de l’OIT pour le respect de leurs droits

Frédéric Lapeyre a donné la vision de l'OIT pour les travailleurs migrants ivoiriens dans le cadre de leur droit et pour un travail décent. (Photo d'archives).
33
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Un atelier de 2 jours a été organisé par l’organisation internationale du travail (OIT) en collaboration avec ses partenaires nationaux à Abidjan Côte d’Ivoire du 14 au 15 septembre 2023 afin de faire respecter les droits des travailleurs migrants et de faciliter leur travail.

Fréderic Lapeyre directeur pays de l’OIT à Abidjan présent à cette occasion n’a pas manqué de dévoiler l’ambition de l’organisation qu’il dirige sur le sujet. Il a évoqué l’engagement de l’OIT pour la promotion du travail décent pour tous les travailleurs.  « On sait bien que les travailleurs migrants sont particulièrement vulnérables à des déficits de travail décents.

Ce que nous cherchons à faire avec le gouvernement ivoirien, c’est à la fois d’améliorer les conditions de travail ici en Côte d’Ivoire, faire en sorte que les conditions de travail, des travailleurs ivoiriens qui ont choisi la voie de la migration soient respectées et protégées », a-t-il conclu sur les ondes de la Radio de la paix.

Bénié Kouadio Marcel, conseiller technique du ministre de l’Emploi et de la protection sociale, a salué cette initiative qui est une excellente idée de réfléchir et de consulter les parties prenantes. « Au Ministère de l’Emploi et de la protection sociale, nous sommes assez dynamiques depuis quelques années. La situation des travailleurs domestiques nous préoccupe », a-t-il relevé.

Quant à Karamoko Gaoussou directeur général de la Diaspora, il a cité l’Arabie Saoudite qui couvre l’ensemble des pays de la zone du Golf  comme exemple un de lutte. En tant que pays qui se bat dans cette zone où il y a beaucoup de difficultés liées à l’immigration féminine.

« L’ambassade se bat. Elle envoie beaucoup d’émissaires dans ces pays pour venir en aide à nos compatriotes en difficultés. Et c’est sûr que, mieux on définit des conditions, c’est plus facile de suivre, c’est plus facile d’impliquer ces pays dans la gestion de ces migrants. Ce qui permettra de réussir le combat », a déclaré Karamoko Gaoussou.

Il faut noter que les résolutions de cet atelier sont attendues par toutes les parties intéressées pour la facilitation du travail décent et la protection des droits des travailleurs à travers des accords bilatéraux.

K. Antoine

Info : La Radio de la paix

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -