topheader

Pluies diluviennes à Abidjan : Un journaliste et sa famille échappent à la mort

Le véhicule du président Nando Dapa après le passage de l'eau.
71
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Les Pluies diluviennes qui s’abattent sur la ville d’Abidjan depuis le début du mois de juin, causent d’énormes dégâts et font de nombreuses Victimes.

Le journaliste Nando Dapa et toute sa famille ont failli périr dans les eaux le dimanche 16 juin 2024. Ce jour-là, tôt le matin comme chaque dimanche, le président de l’Union des Patrons de la Presse en Ligne de Côte d’Ivoire (UPLCI) et tous les quatre (4) autres occupants de sa maison ont emprunté leur véhicule pour prendre la direction de la commune d’Adjamé en vue d’accomplir leur devoir chrétien à l’Eglise sise au quartier Paillet.

Selon le président de l’UPLCI, du quartier N’Dotré dans la commune d’Anyama à Adjamé en passant par Yopougon, prison civile et la forêt du Banco, le voyage ne présentait aucun signe apparent de dangerosité quand bien même la pluie qui s’abattait sur la ville d’Abidjan mouillait la chaussée et formait d’abondante flaques d’eau par endroit. « Mais tout va se compliquer au niveau du carrefour des II Plateaux, non loin du cimetière de Williamsville », a indiqué la victime.

« Toutes les eaux de ruissellement en provenance des quatre voies se sont subitement croisées  au moment où le véhicule du président du Conseil de gestion de la Maison de la presse d’Abidjan (MPA), au niveau de l’Union Nationale des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI), est arrivé à cet endroit », témoigne le président Nando Dapa.

Selon lui, la forte et subite montée des eaux a englouti son véhicule avec à son bord toute sa famille. « Les stridents cris de détresse des enfants à bord ont alerté deux inconnus qui ont  pris le risque en plongeants dans les eaux pour sortir du véhicule flottant les occupants en détresse », a-t-il confié.

Avec émotion, il a fait savoir que « à peine la voiture vidée de ses cinq passagers que les fortes vagues de ruissellement l’ont violemment trainé dans le caniveau. Et n’eut été donc ce sauvetage in extrémis ma famille et moi auraient péri dans les eaux ce dimanche. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce miraculé et sa famille devraient toujours continuer de prier et servir avec foi ce Dieu qui opère des miracles. Il faut cependant noter que le véhicule du président de l’UPLCI et du Conseil de Gestion de la Maison de la Presse de l’UNJCI qui a été envoyé dans un garage mécanique a été fortement endommagé et le moteur est presque irrécupérable.

Benoît Kadjo

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -