topheader

PAM : les priorités de la nouvelle directrice exécutive

La nouvelle directrice exécutive de la PAM s'est fixée des priorités pour réussir sa mission.
32
S'inscrire à la newsletter

La nouvelle directrice exécutive du PAM (Programme alimentaire mondial) des Nations Unies se nomme Cindy H. McCain. Elle occupait depuis 2021, avant cette promotion, le poste d’ambassadeur des États-Unis auprès des trois agences des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture à Rome.

Le PAM, en 2022, a fourni une aide alimentaire à un nombre record de 158 millions de personnes dans le monde, à en croire le service de communication de cette structure. Et Cindy H. McCain arrive à la tête de ladite organisation pendant que l’insécurité alimentaire se maintient à des niveaux sans précédent en 2023. Ce, alors que les conflits, les chocs économiques, les extrêmes climatiques et la hausse des prix des engrais continuent de perturber la production alimentaire dans le monde.

Lire aussi: https://www.aip.ci/cote-divoire-aip-le-gouvernement-ratifie-la-convention-internationale-de-1989-sur-lassistance-en-mer/

Aussi n’a-t-elle pas caché son inquiétude. « La faim monte en flèche, les ressources s’amenuisent dangereusement et des réductions de rationnement sont à prévoir si nous n’avons pas l’argent nécessaire pour fournir de la nourriture à ceux qui en ont le plus besoin. Sans ces fonds, nous ne pourrons tout simplement pas nourrir autant de personnes », a déclaré Mme McCain.

Directrice du PAM
Cindy H. McCain, nouvelle directrice exécutive du PAM appelle tout le monde à se préoccuper de la question de la lutte contre la faim.

Pour ce faire, la nouvelle directrice exécutive du PAM a décliné ses priorités. « Mes priorités sont claires : augmenter nos ressources, améliorer notre efficacité et développer les partenariats et l’innovation pour apporter des solutions modernes à ceux qui en ont le plus besoin », a-t-elle fait savoir. Selon Cindy H. McCain, aucune organisation ne peut résoudre seule le problème de la faim dans le monde. Elle souligne que la coopération mondiale est essentielle pour sauver les millions de vies menacées.

D’ailleurs, pour l’une de ses premières actions, la nouvelle directrice exécutive du PAM entend mettre en place un groupe de travail sur l’innovation. Et ce dernier va réunir les meilleurs esprits des secteurs publics et privé afin de recommander des initiatives et des actions mesurables pour lutter contre la faim.

Selon les estimations et prévisions du PAM, plus de 345 millions de personnes dans le monde seront confrontées à des niveaux de crise d’insécurité alimentaire en 2023, soit une augmentation de près de 200 millions depuis le début de l’année 2020. Parmi ces personnes, 43 millions sont au bord de la famine.

- Advertisement -

« Nous avons besoin d’une collaboration encore plus étroite avec nos partenaires pour inverser cette crise sans précédent », a déclaré Cindy H. McCain. Entre autre appel, la directrice exécutive du PAM a dit que « aujourd’hui, nous demandons à de nouveaux amis, en particulier, du secteur privé, de se joindre à nous. Le monde ne doit pas tourner le dos à ceux qui ont faim ».

En tant qu’ambassadrice des États-Unis auprès des agences des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture à Rome, Mme McCain a vu de près les opérations du PAM, se rendant au Laos, au Cambodge, au Sri Lanka, au Guatemala, au Honduras, au Kenya, en Zambie, au Tadjikistan et à Madagascar au cours des 12 derniers mois. La nouvelle cheffe du PAM succède à l’ancien gouverneur de

Caroline du Sud, David Beasley, qui a été directeur exécutif de 2017 à aujourd’hui.

« Je suis très honorée de diriger le PAM et ravie de faire partie de l’équipe. Le PAM fait partie de ma vie depuis des décennies et a été une source d’inspiration dans ma propre carrière humanitaire », a-t-elle déclaré.

Lire aussi:https://justeinfos.net/thimo-plage-46-jeunes-brigadiers-recoivent-leurs-cheques-a-grand-bassam/

Mme McCain est l’ancienne présidente du conseil d’administration de l’Institut McCain pour le leadership international de l’université d’État de l’Arizona, où elle a supervisé l’accent mis par l’organisation sur la promotion d’un leadership mondial fondé sur la sécurité, les opportunités économiques, la liberté et la dignité humaine, et présidé le conseil consultatif de l’Institut sur la traite des êtres humains

Benoît Kadjo

Info : Sercom

 

 

- Advertisement -

- Advertisement -