topheader

Après un mystique: Léonard Kouassi soulage ses parents de Awekro

Une vue d'une maison de Awekro victime de ce vent destructeur.
88
S'inscrire à la newsletter

- Advertisement -

Listen to this article

Il y a quelques jours, Awekro, village situé à une vingtaine de kilomètres de Kokumbo, chef-lieu de Sous-préfecture, a été endeuillé par un sinistre un peu surréaliste qui a causé la mort d’une personne. Les recoupements des différents témoignages ont fait comprendre qu’en effet, il y a quelques jours, en fin d’après-midi, aux environs de 17h, un vent d’une rare violence a soufflé sur le village et a décoiffé bon nombre de maisons.

Le donateur en costume a fait une photo de famille avec ses parents sinistrés.

Dans sa rage destructrice, ce vent s’est invité au domicile du sieur Binger où il a non seulement balayé tout sur son passage  mais cassé la toiture de sa maison qui s’est finalement écroulée sur lui. Binger est mort sur le champ. Tout s’est passé en moins de 5 minutes. Et le vent mortel s’est arrêté.

Tout le village était paniqué et tous se posaient des questions sur l’origine de ce vent assassin. Du coup, Awekro était endeuillé et ne savait à quel Saint se vouer. Quand Léonard Kouassi, fils et cadre de Kokumbo, homme politique de la région du Bélier a appris la nouvelle, il a été affecté. Aussi a-t-il décidé de se rendre sur les lieux pour soutenir ses parents.

Le samedi 7 octobre dernier, Léonard Kouassi a rencontré la cheffe du village d’Awekro entourée de ses notables pour leur signifier toute sa compassion et leur faire des dons en vivres, notamment, des sacs de riz, des packs d’huile et des dons en numéraire. Geste dont les habitants d’Awekro ont approuvé à sa juste valeur.

Par la voix de M’Bra Koffi, porte-canne de la cheffe du village, les villageois ont exprimé leur reconnaissance à leur fils Léonard Kouassi et ont promis en retour le soutenir dans son parcours en vue du développement et de l’épanouissement de la zone de Kokumbo.

Pour finir, Léonard Kouassi s’est confié à la presse. « Après le sinistre qui s’est passé au niveau d’Awekro, je ne pouvais pas rester indifférent. Comme je l’ai toujours fait, il fallait que je vole au secours de mes parents pour leur apporter ma compassion, les fortifier et leur donner goût à la vie.

Car avec les nouvelles qui me sont parvenues, cela sort de l’ordinaire et frise le mysticisme. Je leur dis yako. Que mes parents d’Awekro sachent que je suis leur fils, leur enfant, et que je serai toujours là pour les soutenir, les soulager  compatir à leur douleur et aussi partager leur joie », a-t-il déclaré.

Bledja Afitenou

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -

- Advertisement -