Côte d’Ivoire : Après l’arrestation des marcheurs contre le 3ème mandat du président Ouattara / Le PCCI dénonce et demande la libération des personnes arrêtées et incarcérées Featured

19 Aoû 2020
199 times

Le Parti Communiste de Côte d’Ivoire (Pcci) dénonce la mauvaise interprétation de la Constitution sur l’éligibilité du président Alassane Ouattara pour un autre mandat. Aussi invite-t-il le gouvernement à libérer les marcheurs. Ci-dessous la déclaration.

 Déclaration

Le PCCI exige le respect de la loi par le gouvernement et l’arrêt de la répression

Tous les regards sont à raison tournés vers l’application des conditions d’éligibilité à la Présidence de la République. La troisième candidature déclarée du président de la République en fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel est rejetée à juste titre par tous ceux qui rêvent de voir la Côte d’Ivoire devenir un Etat de droit. Quel est en effet ce système où une constitution adoptée par référendum donc par l’ensemble du peuple peut être défaite à la demande d’une partie du peuple, seulement, les partisans du président de la République ?

Des spécialistes du droit constitutionnel défendent bec et ongle le pouvoir en place en cherchant non pas à éclairer le peuple mais à l’embrouiller. L’article 55 de la Constitution est clair et est parfaitement compréhensible par tous, même par les non spécialistes ; mais les juristes du pouvoir veulent rendre mystérieuse sa compréhension. Ils veulent faire croire que pour le comprendre il faut se référer d’abord à la Constitution de 2000 et à de nombreux autres textes de loi ordinaires. Certaines parties de leurs explications laissent à croire qu’ils veulent légiférer pour un pouvoir à vie.

En effet, selon leurs explications, chaque nouvelle Constitution efface les effets des constitutions précédentes  et tout repart à zéro, même si cela n’est pas explicitement dit. En clair, cela signifierait que dans un tel système juridique, des personnes condamnées peuvent avoir droit à l’effacement de leurs peines à l’avènement de nouvelles lois. Pourtant, cela est contraire à toute logique et est inacceptable.

Il convient également d’accorder de l’attention à toutes les autres dispositions de la Constitution, en particulier à celles qui accordent des libertés aux citoyens. Par exemple, les dispositions sur la liberté de manifestations dans l’espace public sont bafouillées par le gouvernement du président Ouattara. Plutôt que d’encadrer les manifestations, ce gouvernement prend plaisir à les réprimer systématiquement, pour chercher ensuite à faire porter les responsabilités aux manifestants animant ce mouvement légitime et légal.

Le peuple est légitimement et légalement dans la rue, alors, chercher à l’en déloger par la force plutôt que par la satisfaction des revendications légitimes exprimées, c’est nous projeter directement dans un Etat de non droit répressif.

La répression en cours n’a aucune justification ; la mise aux arrêts de certains leaders du mouvement de protestation et de certains manifestants est de ce fait illégale et condamnable. Le Parti Communiste de Côte d’Ivoire (PCCI) exprime son soutien à tous les blessés et sa compassion aux proches des tués. Il exige la libération immédiate et sans condition de toutes les personnes arrêtées et encore détenues, notamment la libération immédiate et sans condition de celles demeurant dans les liens de la détention, surtout la libération immédiate et sans condition de la militante des droits humains Madame Gbalet Pulchérie et de ses camarades.

Fait à Abidjan, le 18 Août 2020.

 

Le Parti communiste de Côte d’Ivoire

Rate this item
(0 votes)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo