Lettre ouverte à Daniel Kablan Duncan / Les vérités crues d’un fils de Bassam au vice-président ivoirien : « Ressaisissez-vous cher aîné ! » Featured

27 Mar 2019
719 times
Des vérités qui risquent de porter un coup sérieux à la carrière politique du vice-président Daniel Dunca patron de Pdci Renaissance. Des vérités qui risquent de porter un coup sérieux à la carrière politique du vice-président Daniel Dunca patron de Pdci Renaissance.

Notre pays la Côte d’Ivoire vit en ce moment une crise sociopolitique de grande envergure, avec des contestations de plus en plus insistantes et le déchirement ou tout simplement  l’éclatement de la sphère politique par des divisions dans tous les grands partis. J’ai décidé ce jour de m’adresser à vous Monsieur le Vice-président et cher ainé Daniel Kablan Duncan,  parce que je reconnais en vous l’un de ces plus grands instruments de division car aujourd’hui vous apparaissez comme le principal pourfendeur de mon parti, parti dont vous vous réclamez d’ailleurs encore, le PDCI RDA.

Je vous interpelle spécifiquement, car je suis comme vous originaire de Grand Bassam et je suis particulièrement peiné quant à vos actions et votre positionnement actuel. Pour moi vous avez longtemps représenté un modèle et un repère dans notre région, et dans notre formation politique. La renaissance dont vous parlez et que vous prônez aujourd’hui saurait elle être autre chose qu’une vue de l’esprit au regard de votre bilan simplement en tant que cadre de Bassam ? Comment peut-on faire renaitre quoi que ce soit quand on n’arrive pas à apporter le minimum chez soi-même ?

Les Ivoiriens vous suivent peut être de loin mais nous qui avons été longtemps vos suiveurs, nous savons d’autant mieux qui vous êtes réellement et pensons aujourd’hui de notre devoir de dire ici certaines vérités, afin que vous ne parveniez pas à séduire les plus faibles parmi nos braves militants, avec votre mouvement PDCI Renaissance. D’ autre part, il n’est plus un secret pour grand monde que vous nourrissez, vous aussi, comme nombre des cadres de la mouvance à laquelle vous appartenez maintenant, des ambitions présidentielles. Toutes choses qui nous poussent aujourd’hui à vous interpeller afin que vous vous ressaisissiez si cela est encore possible.

Chez vous à Bassam qu’avez vous apporté, vous qui avez occupé les plus hautes fonctions de ce pays? Vous avez été deux fois ministre, deux fois premier ministre, et aujourd’hui vous êtes Vice-président donc deuxième personnage de l’Etat… En 2014, alors premier ministre, vous aviez procédé aux travaux de lancement de la réhabilitation de l’ancien palais de justice. Aujourd’hui  5 ans après toujours rien, cet édifice à l’abandon continue de se mourir. Fait du hasard ou volonté égoïste, je ne saurais vous en accuser sans saisir les desseins de votre cœur, les travaux de bitumage s’était arrêtés pile-poile à votre domicile…En 2016 pour être élu député vous nous aviez promis de remédier à cela et faire prolonger le bitume jusqu’au Bon Berger, trois ans plus tard toujours rien. Il y a eu aussi le lancement des travaux des voiries et réseaux divers (vrd) de la ville historique le 13 novembre 2018 en présence des rois de Moossou et des Nzima, en pleine campagne électorale du second scrutin municipal. Ces travaux prévus pour être bouclés en huit mois n’ont point débuté à ce jour. A quoi sert-il donc  à Bassam d’avoir un si haut cadre parmi ses fils ? Vos promesses jamais tenues sont semblables à des feux de paille et laissent aux populations un goût amer.

Mais après tous ces engagements que vous n’avez su honorer, ce qui a été  plus révoltant encore pour nous autres, c’est la passivité et le silence dont vous vous êtes rendu coupable pendant les violences perpétrées sur nos parents de Petit Paris, Quartier France et FDFP, lors des dernières élections municipales. Des personnes ont été blessées, humiliées et profondément meurtries dans leur chair, on leur a arraché leur droit à l’expression démocratique, on a décidé qu’elles n’existaient plus tout simplement, et vous, vous n’avez rien dit. Vous n’avez pas, on ne sait pour quel intérêt, été capable de défendre vos parents. Pire, vous n’avez pas témoigné la moindre compassion à toutes ces personnes victimes des loubards convoyés dans la ville par nos adversaires politiques.

Cher aîné, je vous le dis avec franchise, votre bilan dans notre région n’est guère reluisant et moi  qui comme d’autres jeunes de ma génération, avait appris à vous admirer, je ne peux qu’être déçu aujourd’hui. Pardonnez-moi encore  de vous le dire, mais vous avez échoué à vous faire aimer chez vous-même, alors comment réussirez vous à le faire ailleurs ? C’est aujourd’hui vous le fer de lance du RHDP dans le PDCI sous la couverture de ce que vous avez appelez Renaissance, et nous qui vous avions pour leader régional au sein de ce grand parti, sommes aujourd’hui confus et par votre faute, l’on se moque de nous.

Cher aîné, vous avez commis au fil des temps de graves fautes envers les vôtres comme envers le parti qui vous a tout offert. Il est grand temps de songer à redorer votre blason à Bassam comme sur le plan national, sinon je crains fort qu’on ne vous retrouve un jour dans les oubliettes de notre histoire.

Miezan Pierre, militant du PDCI- RDA et fils de Bassam.

Rate this item
(1 Vote)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo