Nous avions dit le mercredi 09 janvier 2019, suite à un reportage dans le village d’Ahua, dans le département de Tiassalé que la tension était très vive dans ledit village à cause d’un conflit foncier qui oppose M. Kouadio Adjoumani se réclamant fils du village revendiquant à lui seul près de 1000 hectare des terres  contre la majorité des villageois avec le chef lui-même qui crient à l’imposture.

Double descente musclée des agents des forces de l’ordre dans le village d’Ahua fondé au 18ème siècle (An 1700), dans le département de Tiassalé à 120 km d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

Les microbes, ce n’est pas une catastrophe naturelle. C’est la vérité vraie ! Sous la gouvernance de Bédié, on n’a pas vu ce phénomène. Sous le pouvoir de Laurent Gbagbo, il n’y avait pas un petit « kakaba » (délinquant), vrai de vrai, nommé microbes. C’est sous le régime d’Alassane Ouattara, vrai de vrai que les microbes se sont signalés.

Alassane Ouattara, pour avoir été guidé par le président Henri Konan Bédié, alors ambassadeur, quand il était étudiant aux Etats-Unis d’Amérique ! Et pour être devenu plus proche du grand homme suite à l’aide que ce dernier lui a apporté (Allah Gnissan par-ci, frère aîné par-là sans oublier l’Appel de Daoukro), le président Alassane Ouattara est devenu, je vous le concède, homme de paix et vertueux. Il se dit à présent plus Houphouétiste que son maître, le frère aîné Bédié. En tout cas, il s’y emploie.

Je me pose souvent la question de savoir pourquoi « le Baoulé » du Rassemblement des républicains (Rdr), Joël N’guesan,  se croit toujours  obligé de répondre aux dirigeants du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) chaque fois que ces personnalités s’adressent aux Ivoiriens. Savait-il ce qu’on disait de lui dans sa propre formation politique, il n’aurait jamais été limogé de son poste de porte-parole principal du Rdr.

En Côte d’Ivoire, tout le monde connaît tout le monde ! Telle est la nouvelle expression en vogue dans notre pays. Les Ivoiriens dont l’humour ne tarit jamais même vont plus loin : chacun connaît chacun ! Ainsi, nous espérons que les fake news vont cesser. Dès lors donc que « tout le monde connaît tout le monde », vous comprenez qu’il n’est plus désormais aisé de tromper un Ivoirien. Dans les prêches de bossonistes, de curés, d’évêques, d’archevêques, de pasteurs, d’Imams, on ne parle que de paix pour 2020.

Alors que la Commission Electorale Indépendante (CEI) criait sur tous les toits qu’elle était prête pour l’organisation couplée des élections municipales et régionales sur tout l’ensemble du territoire national ivoirien, le constat sur le terrain, ce samedi 13 octobre 2018 est tout autre.

Les années passent et les Ivoiriens se sentent de plus en plus étrangers dans leur propre pays. A qui la faute ? Nous sommes tous responsables de la déchirure de notre « Ivoirité » car les Ivoiriens acceptent tout et trop de choses.  Et pourtant, les faits poussent chaque jour les Ivoiriens au réveil patriotique. Dans cette présente réflexion, nous voulons revenir sur le comportement de Manuel Valls.

Cette contribution émanant de la direction de communication du Pdci-Rda est une argumentation d’un militant (K.L) du Pdci-Rda qui exprime sa désolation après que l’ex-directeur de cabinet du Président Henri Konan Bédié, Lénissongui Coulibaly, a décidé de soutenir des amis proche du Rhdp parti unifié, plutôt que d’être fidèle au Président Président Bédié après 18 ans de collaboration et surtout après avoir surnommé le Président Bédié « mon père ».

 « Dépasser le but, ce n'est pas l'atteindre », disait Confucius. Décidément, en Afrique, la gouvernance est un véritable problème. En Côte d’Ivoire, depuis les indépendances, la gestion néopatrimoniale est le marqueur de la gestion du pouvoir. Les Présidents agissent comme si les ressources de l’Etat étaient leur propriété privée. Avant d’aborder ces questions dans les lignes qui suivent, il convient de donner une définition au terme néo-patrimonial.

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo