L’engagement politique constitue pour toutes les civilisations, une occasion de construire une espérance. Il est admis que la démocratie est la fin et le moyen de la transformation sociale. Elle garantit l’égalité entre les citoyens dans les choix politiques. Elle est le seul moyen de permettre au peuple de décider librement de son destin collectif. Le débat démocratique est le seul moyen de dégager l’intérêt général. De ce point de vue, l’engagement du peuple n’est plus de s’engager dans les combats menés par une certaine classe avant-gardiste éclairée, mais plutôt dans la conviction et dans la confrontation des opinions. Parce que la démocratie ne s’arrête pas non plus au droit de vote, mais doit se manifester dans toutes les sphères de la vie économique et sociale, l’engagement d’un peuple doit aller vers une lutte plus exigeante dans la participation au calcul du consentement collectif.

Dans une déclaration précédente datée du 7 mars 2020, le PCRCI indiquait que l’annonce du retrait de Monsieur Ouattara à l’élection présidentielle d’octobre 2020, retrait présenté par ses laudateurs comme une marque d’amour pour la Côte d’Ivoire et de leçon de démocratie, était un non évènement. En effet l’article 55 de la loi fondamentale ne lui permettait pas déjà de briguer un 3ème mandat. Au demeurant, il ne lui appartient pas de « transmettre » le pouvoir dont le peuple souverain est détenteur exclusif, à qui que ce soit. Une telle attitude de Monsieur Ouattara confirme le caractère autocratique de son pouvoir qui n’a aucun égard pour le peuple et qui bafoue allégrement les lois de la République.

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé le 5 mars 2020, qu'il ne sera pas candidat à un nouveau mandat en octobre 2020. C'était une annonce surprise, mais le président Ouattara justifie cette décision par son respect des engagements pris. Les militants du RHDP ont vite embouché leurs trompettes pour multiplier les qualificatifs à l’endroit du président Ouattara. Il serait à la hauteur de Mandela, Luther King voire le Dieu des démocrates.  Même si les militants et cadres du  Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) ont été pris de court, ils ne pouvaient qu’accueillir cette nouvelle avec beaucoup d’émotion.

Les Ivoiriens font pitié depuis 2011, date à laquelle les occidentaux ont assassiné la démocratie en Côte d’Ivoire.  Depuis cette date, le pays a perdu son âme, sa dignité et son respect. Le comble dans cette situation, c’est la posture des Ivoiriens : ils ne se sentent plus chez eux, en Côte d’Ivoire. Pour dire les choses clairement, les Ivoiriens sont devenus des immigrés dans leur propre pays et les immigrés sont désormais les vrais ivoiriens.

Hypolite de Livry écrivait que « Rien de plus noble que la reconnaissance, rien de plus vil que l’ingratitude ;  autant un trait de reconnaissance touche l’âme, autant un trait d’ingratitude lui fait horreur ».  Pour sa part, Tahar Ben jelloun, écrivain, poète et peintre franco-marocain, affirmait que « Dans une société où l’individu n’est pas reconnu, ce qui compte avant toute chose, c’est la tribu et le clan ». Dans ces deux citations, il y a deux vilaines postures que tout homme d’Etat doit éviter.

Sauf changement, le 22 février 2020, se tiendra la présidentielle au Togo. Un scrutin qui n’a, de cesse, suscité d’énormes passions et commentaires dans la mesure où la présidentielle porte sur le choix de celui qui présidera la magistrature suprême de ce pays de l’Afrique de l’Ouest durant le quinquennat 2020-2025.

Nul n’avait besoin d’être un expert pour comprendre que la guerre qui oppose Soro à Ouattara était liée à un deal à la sauvette. Jugez-en vous-même. Le mardi 28 janvier 2020, au cours d’un déjeuner de presse à Paris, Soro Guillaume a révélé les clauses de l’accord secret qu’il avait avec M. Ouattara.  Il a dévoilé les 3 promesses que le chef de l’Etat lui aurait faites et qui sont restées vaines.

Le Président Alassane Ouattara, comme l’exige la tradition Républicaine, s’est adressée à la Nation Ivoirienne le 31 décembre 2019. Au cours de son message, il a dressé le bilan de son action depuis que le peuple de Côte d’Ivoire l’a porté à la Présidence de la République. Il a aussi insisté sur sa farouche volonté à œuvrer pour la paix et la stabilité de notre pays en vue du bien être des ivoiriens. Comme il est de coutume, son adresse à la Nation commence par cette phrase : Ivoiriens, ivoiriennes etc.  et se termine par vive la République de Côte d’Ivoire.

Dans une contribution, Dr. Christophe Kouamé, président exécutif de Civis Côte d’Ivoire, une organisation de la société civile ivoirienne se penche sur la situation critique des accidents de la route en Côte d’Ivoire dont particulièrement ceux qui ont lieu fréquemment sur l’autoroute Adjamé-Yopougon-premier pont. Il interpelle les autorités ivoiriennes à accorder une attention particulière à ce tronçon qui endeuille quotidiennement des familles…

Le CIDP (Congrès Ivoirien pour le Développement et la Paix) a procédé ce jeudi 24 octobre 2019 au lancement d’une caravane dénommée « Caravane de la paix ». L’événement s’est tenu à l’hôtel Belle côte à Abidjan Cocody en présence de guides religieux, leaders politiques et plusieurs associations de la société civile.

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo