Côte d’Ivoire : Des journalistes instruits sur la valorisation des huiles usagées et le processus d’acquisition d’agrément Featured

28 Oct 2020
198 times
Le DG du Développement durable, Gustave Aboua, lors de son intervention. Le DG du Développement durable, Gustave Aboua, lors de son intervention. Photo: justeinfos.net

L’Organisation des journalistes professionnels de Côte d’Ivoire (Ojpci), a organisé le mardi 27 octobre 2020 au siège de la Direction générale du développement durable à Abidjan Cocody Riviera 3 un atelier sur la maitrise et l’appropriation du processus de valorisation des huiles usagées. Ont pris part à cet atelier, les membres de l’Ojpci, des journalistes d’autres organisations professionnelles tels que la Pnci, l’Uplci, le Reprelci… des membres des structures agrées pour la valorisation des huiles usagées etc.

C’est le directeur général du Développement durable, Gustave Aboua qui a animé le premier thème de cet atelier relatif au « Concept d’économie circulaire : principes et caractéristiques ». En effet, pour le directeur général du Développement durable, l’économie circulaire qui se situe dans le cadre du développement durable se résume en 3 R. A savoir : la Réduction des déchets, le Recyclage des déchets et la Réutilisation des déchets. A en croire Gustave Aboua, l’économie circulaire s’inscrivant dans la promotion de l’économie verte est caractérisée par le fait que le produit utilisé n’a pas de fin de cycle de vie. Ce contrairement à l’économie linéaire.

Aussi a-t-il cité d’autres caractéristiques de l’économie circulaires. Ce sont entre autres le fait qu’elle est un processus très transversal qui implique toutes les populations, elle permet la création d’emploi, préserve la santé, crée la solidarité, l’équité, le respect de la diversité, l’autonomisation des personnes… En somme, le premier conférencier qui a demandé aux journalistes de soutenir la promotion de ce nouveau type d’économie a fait savoir qu’elle fonctionne en boucle et que par conséquent, c’est une économie qui ne produit pas de déchet.

Le deuxième conférencier, Dr Coulibaly Mariam, directrice générale de la DDISC a, quant à elle, parlé du processus de valorisation des huiles usagées et du processus d’obtention de l’agrément officiel de valorisation desdites huiles. Les huiles concernées par cette valorisations sont, selon Dr Mariam Coulibaly, les huiles minérales que sont les huiles de vidange très polluantes pour l’eau, l’air et la terre et très nuisible pour l’environnement et l’homme. Pour ce faire, a-t-elle expliqué, depuis 2009, l’Etat ivoirien délivre des agréments pour la valorisation de ce type d’huile que l’on retrouve dans les garages, dans les usines chez les gros exploitants de carburants.

La directrice de la DDISC a expliqué le processus d’obtention des agréments par les sociétés afin de sortir ce secteur de l’informel. Coulibaly Mariam a dit qu’en 2020, ce sont 22 structures qui sont détentrices de l’agrément pour la valorisation de ces huiles usagées qui servent, après leur valorisation, aux véhicules etc. comme carburant ou comme combustible dans les usines etc. Elle a insisté sur le fait que le Ministère de l’Environnement et du développement durable tient à ce que les huiles usagées soient bien stockées, bien conditionnées et bien transportées car dangereuses pour l’Environnement et pour l’homme. D’où son appel aux petits exploitants  à prendre leur agrément afin d’être mieux suivis.

Deux responsables de sociétés agrées (ANF NATOUR ET FRERE et SOCIETE AFRICAINE ENERGY) ont expliqué leurs difficultés sur le terrain. A cet effet, ils ont appelé l’Etat à les écouter et  à les accompagner afin d’aller à la certification de leur produits et à la professionnalisation de leur activités ainsi qu’à lutter contre la concurrence déloyale venant d’ici et d’ailleurs.

Content de la tenue de cet atelier qui a permis aux journalistes d’avoir des connaissances dans le secteur de l’économie circulaire et en particulier du processus de valorisation des huiles usagées, le président de l’Ojpeci, Olivier Yro a déclaré que les hommes des médias vont accompagner la promotion de ce secteur créateur d’emploi et de protection de l’environnement. Il a dit que l’autre étape c’est de visiter les sociétés  des opérateurs dudit secteur afin de découvrir leur réalités pour les remonter aux gouvernants.

Pour sa part, le directeur général du Développement durable a annoncé aux journalistes que ce ne sera ni le premier ni le dernier atelier dans le cadre de la promotion du développement durable. Il a prévu un prochain atelier sur l’exploitation des pneus usagés etc. Cependant, il a déploré le fait qu’en Côte d’Ivoire, l’on prend beaucoup de décrets, d’arrêtés mais qu’on a des difficultés pour leur mise en œuvre. « Avec les journalistes, nous allons auditer ces lois dans leurs applications afin de permettre la promotion du développement durable », a dit Gustave Aboua.

Benoît Kadjo     

Last modified on mercredi, 28 octobre 2020 21:43
Rate this item
(0 votes)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo