Lutte contre les déchets d’équipements électroniques et véhicules en fin de vie / Le Ministère de l’Environnement ivoirien parle de son projet l’UPOP aux collectivités locales Featured

10 Avr 2019
25 times
Une vue des participants. Une vue des participants.

Le Ministère de l’Environnement et du développement durable (Medd) a eu une séance de travail avec les représentants des collectivités locales à Abidjan, dans le cadre de la mise en œuvre du projet de Gestion écologiquement rationnelle des émissions involontaires de polluants organiques persistante (UPOP) et de diphényles éthers polybromés (PBDE) provenant des déchets industriels.

En effet, ce projet qui a été validé grâce à une collaboration entre l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (Onudi)  avec un financement du Fonds pour l’environnement mondial (Fem) et le gouvernement ivoirien, à travers le Ministère de l’Environnement et du développement durable (Medd) a vu le jour grâce à un constat dudit Ministère. Il a dit avoir constaté que des personnes brûlent des déchets industriels pour extraire des éléments précieux, des métaux lourds. Malheureusement ses personnes ignorent que ces équipements industriels qu’elles exploitent renferment des tueurs silencieux, des retardateurs de flammes, polluants organiques persistants non visibles dont leur brûlage à ciel ouvert émet dans l’air des tueurs silencieux et invisibles : les dioxines et furannes.

Ce sont à en croire le Medd du ministre Joseph Séka Séka, les rebuts de véhicules en fin de vie et les déchets d’équipements électriques et électroniques dans les maisons, les ruelles des quartiers, les garages de mécanique et surtout dans les casses qui constituent ces équipement dangereux. Pour le Medd, avec le vent et la pluie, ces tueurs silencieux sont injectés dans l’air, le sol et eaux de ruissellement avec pour conséquences, la contamination des eaux de la surface, de l’écosystème aquatique. Et par l’alimentation, les animaux et les hommes se contaminent continuellement. Il ces tueurs silencieux provoquent également des perturbations hormonales et des cancers.

A travers le projet UPOP, le Ministère de Joseph Séka Séka compte, par la phase de sensibilisation de la population qui passe par le renforcement du cadre réglementaire et institutionnel, informer cette population sur les dangers liés à ces produits chimiques dangereux. Et ce projet consiste à faire en sorte que les populations sachent à qui s’adresser lorsqu’elles choisiront de se débarrasser ou de traiter ces équipements dangereux pour la santé humaine, animale et environnementale. Aussi, le Mdd entend renforcer les capacités des populations actives qui exercent dans ces filières à la quête d’une plu-value afin de les protéger d’une contamination.

Il s’agit pour le Ministère de l’Environnement d’enseigner, à travers ce projet de l’UPOP, les meilleurs techniques en matière de démantèlement, de tri et de stockage de ces produits dangereux. Ce projet, à en croire le Medd, s’inscrit, par ailleurs, dans le programme ville durable avec pour résultats la création d’emplois vers en particulier pour la jeunesse.

Le Medd a fait appel aux collectivités locales dans le but en de leur demander  d’organiser leurs populations exposées et travaillant dans ce domaine. A cet effet, le directeur de cabinet Kouablan François, représentant le ministre Joseph Séka Séka, a indiqué que cette rencontre s’inscrit dans l’optique de permettre aux responsables des collectivités locales de comprendre l’importance du projet et sa viabilité pour le secteur public, afin d’obtenir leur soutien qui permettra aux parties prenantes et à l’équipe du projet de bien ordonner les besoins réels existants. Aussi s’agit-il d’associer les responsables des  collectivités locales, en vue de permettre un meilleur suivi des indicateurs du projet. Par ce que l’un des indicateurs important est la création de 1000 emplois verts sur une période de 5 ans.

Pour Kouablan François, ce projet, tout en débarrassant les agglomérations des déchets industriels, permettra à aux concitoyens d’occuper des emplois verts, sources de revenus propres. Pour sa part, le représentant de l’Onudi en Côte d’Ivoire, principal partenaire de ce projet, Tidiane Boye, a indiqué que les polluants organiques persistants comptent parmi les polluants les plus dangereux. Selon lui, particulièrement, les pesticides, en se référant à l’Oms, causent 250 000 décès accidentels par an et 3 millions de personnes souffrent de maladies chroniques graves et non spécifiques surtout dans les pays en développement.

Il a fait remarquer qu’en Afrique par exemple, 50 000 tonnes de pesticides périmés contaminent les sols, les eaux et les sources d’aliments. Pour lui ce projet va donc apporter des solutions spécifiques à la gestion des déchets électroniques et des véhicules en fin de vie.

Benoît Kadjo   

Last modified on mercredi, 10 avril 2019 22:35
Rate this item
(0 votes)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo