Faits divers

Faits divers (86)

Selon une source, un présumé malfrat nommé Y. Koffi a été appréhendé lors d’une opération menée par la gendarmerie de Daloa, qui  s’est effectuée ce mardi 15 août 2017 vers 15H. Cela grâce à une information donnée par la population. Cette arrestation fait suite à plusieurs braquages constatés dans la zone de Bozi, localité située sur l’axe Bouaflé-Yamoussoukro

Traoré Mohamed est commerçant de divers articles dans la commune d’Adjamé. Depuis le début de l’année 2017, sa famille est sans nouvelle de lui. En effet, il avait quitté Abidjan le 6 février 2017 en destination de l’Allemagne où, il devait, selon son épouse, faire des achats. Son retour pour la capitale économique ivoirienne était prévu pour le 12 février 2017.

Ambiance particulière le mercredi 04 juillet 2017 au tribunal de la Cour d’appel du Plateau. Le chef du village d’Akouai Santai, Danho Emile a été condamné pour malversation portant sur la somme de 515 millions FCFA. L’affaire remonte depuis plusieurs années. Après être monté sur le trône de façon irrégulière, l’actuel chef s’est livré à une gestion opaque du patrimoine villageois. Au nombre des actes qui lui sont reprochés figurent  entre autres : vente illicite de terrains, détournement de biens publics, non-respect au doyen d’âge. Face à cette faute considérée grave et intolérable, la majorité de la notabilité avec à sa tête le chef de terre doyen d’âge, ASSAGOU Adjey Pascal ont saisi l’autorité judiciaire afin d’intervenir et mettre un terme à l’hémorragie.

Après une enquête menée par la brigade  de recherche de la gendarmerie nationale, le Chef Danho Emile a été épinglé et l’affaire soumise au tribunal de première instance du Plateau. Un premier procès a vu les adversaires du mis en cause débouté. Ceux-ci ayant interjeté appel, le verdict est tombé le mercredi 4 juillet 2017. Le professeur d’université qui dirigeait jusqu’ici et dans une ambiance de contestation et de confusion le village, s’est vu condamné pour malversation et détournement d’une forte somme portant sur la bagatelle de 515 millions de Fcfa.

Après le verdict, tout le village était en délire. La joie était totale dans tous les foyers. Un tour dans la cour du doyen d’âge a permis de prendre le pouls réel de la situation. Entouré de son porte-parole Adéhou Kouassè, du chef guerrier Adobi Abolé Alexandre, du représentant du comité des sages, Boto Sagou Désiré, de plusieurs notables, de jeunes et des femmes du village, le chef de terre et doyen d’âge a d’abord exprimé sa satisfaction et déclaré : « A compter de ce jour Danho Emile n’est plus le chef de ce village. Il a été reconnu coupable de faute grave. J’assure à partir de cet instant les affaires courantes. J’appelle toute la population au calme. Je vais très bientôt convoquer une réunion importante pour arrêter la décision qui convient après concertation avec toute la notabilité. Je félicite toute la population pour sa patience et son sens élevé de responsabilité. Grâce à Dieu, le village va retrouver enfin sa stabilité et sa cohésion ».

Toutefois, un proche du chef déchu que nous avions rencontré au parquet après avoir pris acte de la décision de justice n’a pas manqué de dire que « nous allons pourvoir en cassation ». Quant au porte-parole du doyen d’âge, il a rétorqué que « cela relève de leur droit ». Cependant, il a précisé qu’il n’est pas possible que cette démarche puisse prospérer eu égard aux nombreuses charges portées contre le chef démis et aux preuves tangibles qu’ils détiennent. Au moment où nous quittions le village, la fête était à son comble.

N.D (unité.ci)

Un accident grave impliquant deux motos  dans la nuit du 27 juin 2017 peu avant 22 heures, a fait un mort et un blessé grave à Touba (chef-lieu de la Région du Bafing) au nord-ouest de la Côte-d’Ivoire, a-t-on appris de sources concordantes. La dépouille mortelle, évacuée à la morgue et la seconde victime, a été admise aux services de chirurgie du centre hospitalier régional (Chr) de la ville pour des soins. Le commissariat de police mixte informé, a procédé au constat d’usage.

Les cambriolages des domiciles à Touba, au cours des derniers mois avaient pris des proportions inquiétantes. Il ne se passait plus de nuit sans que les honnêtes populations endormies ne reçoivent la visite de bandits qui soutiraient leurs biens. Pis, c’est que les voyous ne s’imposaient plus de limites jusqu’à s’introduire dans les résidences des forces de sécurité.

De sources concordantes, une évasion s’est produite dans la nuit du 29 mai 2017 aux environs de 4 heures du matin à la maison d’arrêt et de correction de Touba (Mact), occasionnant la fuite d’un détenu. Il s’agit du nommé Koné Amara, ivoirien âgé de 28 ans. Un redouble gangster appartenant à une bande démantelée récemment et dont certains membres (sauf le chef) ont été  condamnés au début du mois de mai, à 20 ans d’emprisonnement ferme pour vol en réunion, détention illégale d’arme à feu et de munitions. 

Une tornade d’une rare violente s’est abattue sur la ville de Touba faisant d’importants dégâts matériels. C’était en fin d’après-midi du 25 mai 2017, jour de la fête de l’ascension.

L’information a été donnée sur les réseaux sociaux. En effet, selon un poste sur Facebook, ce couple (voir image) utilise des stratagèmes pour dévaliser les pauvres innocents plein de bonnes intentions qui s’arrêtent pour les aider à dépanner leur véhicule qui selon ce couple est en panne. 

Wonly  Stéphane est étudiant. Il a perdu la vie ce lundi 15 mai 2017 à Adjamé. Selon les informations, il aurait sauté du pont de l’échangeur conduisant à la CIE d’Adjamé Liberté. Mais à l’origine ce dernier disposant de toutes facultés morales et intellectuelles n’a pas sauté consciemment du pont de plus 5 mètres.

Quatre individus équipés d’armes à feu ont, dans la nuit du 29 avril 2017, tenté de perpétrer un vol dans une boutique de vente de produits cosmétiques à Santa, village de la sous-préfecture de Koonan dans le département de Ouaninou (localité située à 23 kilomètres de Touba). Sous la menace de leurs armes, ils intiment l’ordre à la propriétaire du commerce de leur remettre sa recette. Cette dernière, oppose un refus catégorique à ses visiteurs indélicats. En colère, les délinquants à coups de crosses de leurs armes, lui assènent des coups à la tête et à la bouche. Rien n’y fit. Les cris de détresse de la prénommée, Banassa ayant alerté les habitants du village, les voleurs prennent leurs jambes à leur cou.

 Entreprise: Groupe JBK

(En cours de constitution)

Tél:  (+225) 07 77 61 60

        (+225)40 37 56 44

 

RESPONSABLE:

BENOIT KADJO

Galerie photo