Faits divers

Faits divers (92)

Le lundi 15 janvier 2018 a été vécu dans la tristesse à Bouaflé après la mort d’un président de Conseil d’administration d’une société coopérative de la région qui répondait au nom de Jean Sedga. Sa mort a été causée par deux individus à moto non identifiés.

Selon des informations recueillies auprès des sapeurs pompiers civils de Bouaflé, l'accident est survenu, le mardi 09 janvier 2018 à l'entrée de cette localité, au niveau de l’ex-camp ONUCI, aux environs de 17H. Il s’agit d’une collusion entre un véhicule de la police de Zuénoula venant d’une mission d’Abidjan et une voiture personnelle de marque BMW occupée par les sieurs Kaboré Aboubakar et Kaboré Allassane en provenance de Daloa.

Les criminels se font de plus en plus voraces, à Daloa, avec des attaques à n'en plus finir. Un opérateur économique, spécialisé dans la vente de motos et répondant au nom de S. B., en a fait les frais. L'homme, installé en plein quartier « Commerce, non loin des locaux de la direction régionale des impôts, est tombé sur la pègre. Une rencontre inamicale, qui lui coûte de perdre plusieurs millions de F Cfa. Selon les renseignements obtenus de cette affaire; il ressort que le vendredi 8 décembre 2017, le commerçant se rend à sa banque, située au centre-ville, et fait le retrait de la somme de près de 32 millions de FCFA. Tout ce pognon bien rangé dans un sac, il enfourche sa moto et file  en direction de son magasin, où il est attendu par ses frères.  Parvenu à destination aux alentours de 15h, il gare son engin à deux roues et met pied à terre.

Des gendarmes de Bonon ont pris en chasse un gang particulièrement actif, dans les régions de la Marahoué et du Haut-Sassandra. C'est dans la journée du jeudi 07 décembre 2017, que cette scène digne du Far-West s'est produite. Selon nos sources, il est environ 11h Gmt, quand le commandant de la brigade de gendarmerie de Bonon reçoit un coup de fil anonyme. Cet appel faisait état de la présence d'un véhicule que le commandant de brigade et ses hommes recherchaient depuis des mois. Et la présence du véhicule en question est signalée à « Bakarykro », bourgade située à environ une quinzaine de kilomètres de la ville de Bonon.

Le samedi 04 novembre 2017 deux individus armés de kalachnikov ont braqué la station Shell de Zuénoula. Joint au téléphone un agent qui a requit l'anonymat explique que c'est entre 19 heures et 20 heures que deux individus armés de kalachnikov sont arrivés à visages découverts sur deux (2) motos à la station.

Les agents de l’Office Central de Répression du Trafic illicite de Drogue et du Blanchiment (OCTRIDB) et du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières (MERF) en collaboration avec EAGLE-Togo, ont interpellé le lundi 09 octobre 2017 à Lomé, un ex-agent de la Marine togolaise en possession de 3 pointes d’ivoire brutes et une pointe sculptée. Il a été déféré vendredi à la prison civile de Lomé.

Selon une source, un présumé malfrat nommé Y. Koffi a été appréhendé lors d’une opération menée par la gendarmerie de Daloa, qui  s’est effectuée ce mardi 15 août 2017 vers 15H. Cela grâce à une information donnée par la population. Cette arrestation fait suite à plusieurs braquages constatés dans la zone de Bozi, localité située sur l’axe Bouaflé-Yamoussoukro

Traoré Mohamed est commerçant de divers articles dans la commune d’Adjamé. Depuis le début de l’année 2017, sa famille est sans nouvelle de lui. En effet, il avait quitté Abidjan le 6 février 2017 en destination de l’Allemagne où, il devait, selon son épouse, faire des achats. Son retour pour la capitale économique ivoirienne était prévu pour le 12 février 2017.

Ambiance particulière le mercredi 04 juillet 2017 au tribunal de la Cour d’appel du Plateau. Le chef du village d’Akouai Santai, Danho Emile a été condamné pour malversation portant sur la somme de 515 millions FCFA. L’affaire remonte depuis plusieurs années. Après être monté sur le trône de façon irrégulière, l’actuel chef s’est livré à une gestion opaque du patrimoine villageois. Au nombre des actes qui lui sont reprochés figurent  entre autres : vente illicite de terrains, détournement de biens publics, non-respect au doyen d’âge. Face à cette faute considérée grave et intolérable, la majorité de la notabilité avec à sa tête le chef de terre doyen d’âge, ASSAGOU Adjey Pascal ont saisi l’autorité judiciaire afin d’intervenir et mettre un terme à l’hémorragie.

Après une enquête menée par la brigade  de recherche de la gendarmerie nationale, le Chef Danho Emile a été épinglé et l’affaire soumise au tribunal de première instance du Plateau. Un premier procès a vu les adversaires du mis en cause débouté. Ceux-ci ayant interjeté appel, le verdict est tombé le mercredi 4 juillet 2017. Le professeur d’université qui dirigeait jusqu’ici et dans une ambiance de contestation et de confusion le village, s’est vu condamné pour malversation et détournement d’une forte somme portant sur la bagatelle de 515 millions de Fcfa.

Après le verdict, tout le village était en délire. La joie était totale dans tous les foyers. Un tour dans la cour du doyen d’âge a permis de prendre le pouls réel de la situation. Entouré de son porte-parole Adéhou Kouassè, du chef guerrier Adobi Abolé Alexandre, du représentant du comité des sages, Boto Sagou Désiré, de plusieurs notables, de jeunes et des femmes du village, le chef de terre et doyen d’âge a d’abord exprimé sa satisfaction et déclaré : « A compter de ce jour Danho Emile n’est plus le chef de ce village. Il a été reconnu coupable de faute grave. J’assure à partir de cet instant les affaires courantes. J’appelle toute la population au calme. Je vais très bientôt convoquer une réunion importante pour arrêter la décision qui convient après concertation avec toute la notabilité. Je félicite toute la population pour sa patience et son sens élevé de responsabilité. Grâce à Dieu, le village va retrouver enfin sa stabilité et sa cohésion ».

Toutefois, un proche du chef déchu que nous avions rencontré au parquet après avoir pris acte de la décision de justice n’a pas manqué de dire que « nous allons pourvoir en cassation ». Quant au porte-parole du doyen d’âge, il a rétorqué que « cela relève de leur droit ». Cependant, il a précisé qu’il n’est pas possible que cette démarche puisse prospérer eu égard aux nombreuses charges portées contre le chef démis et aux preuves tangibles qu’ils détiennent. Au moment où nous quittions le village, la fête était à son comble.

N.D (unité.ci)

Un accident grave impliquant deux motos  dans la nuit du 27 juin 2017 peu avant 22 heures, a fait un mort et un blessé grave à Touba (chef-lieu de la Région du Bafing) au nord-ouest de la Côte-d’Ivoire, a-t-on appris de sources concordantes. La dépouille mortelle, évacuée à la morgue et la seconde victime, a été admise aux services de chirurgie du centre hospitalier régional (Chr) de la ville pour des soins. Le commissariat de police mixte informé, a procédé au constat d’usage.

 Entreprise: Groupe JBK

(En cours de constitution)

Tél:  (+225) 07 77 61 60

        (+225)40 37 56 44

 

RESPONSABLE:

BENOIT KADJO

Galerie photo