Litige foncier dans le Bafing / Un chef de terre tailladé à la machette et ses proches grièvement blessés

03 Sep 2016
31384 times
Dosso Tiéba, chef de terre du village de Doh  avait été laissé pour mort Dosso Tiéba, chef de terre du village de Doh avait été laissé pour mort

Doh, village de la sous-préfecture de Guintéguéla, dans la région du Bafing, a été le théâtre de violents affrontements fratricides, le 23 août 2016. Selon nos sources, le conflit qui oppose la famille Dosso, propriétaire terrien dans ledit village et les autres ressortissants du village, a fait neuf blessés parmi lesquels, Dosso Tiéba, le chef de terre et d’importants dégâts matériels. Les nombreuses tentatives de conciliation du sous-préfet de Guintéguéla, depuis bientôt deux ans à l’effet de rapprocher les différentes positions, sont restées vaines.

Les faits. Selon nos sources, à l’aube, le jour des échauffourées, à 6 heures précisément, le domicile du chef de terre, est attaqué par d’autres habitants du village pour dit-on, protester contre la cession d’un dixième du terroir villageois à  des allochtones (Baoulé, Sénoufo) et allogènes burkinabè et maliens en vue d’y pratiquer l’agriculture. Munis d’armes blanches (machettes, bâtons), et à coups de pierres, les mécontents, bombardent la maison du patriarche Dosso Tiéba. Le centenaire, en est extrait de force, roué de coups. Et son front tailladé à la machette, est grandement ouvert. Ses descendants, fils et petits-enfants qui tentaient de lui porter secours, pris pour cibles, sont également violentés. Son petit-fils, Dosso Tiégbé, s’en tire quant à lui,  avec le bras gauche fracturé.

Laissés pour morts, le chef de terre et les siens, sont  abandonnés, sur place. Ils seront admis plus tard, au  centre hospitalier régional (Chr) de Touba, où ils sont internés et poursuivent leurs soins.  Dosso Mêgnan, le chef de village, absent au moment du conflit, de peur de représailles, a décidé de prolonger son séjour à Daloa. Une plainte est déposée auprès de la brigade de la gendarmerie de Touba, le lendemain, 24 août 2016. A la  surprise générale, les auteurs des violences, sont relaxés sans toute autre forme de procédure.

Le plus fâcheux, nous indique un témoin, c’est que les propriétaires terriens, subiraient, les railleries de leurs frères, laissés libres par la gendarmerie. Ils crient à l’injustice car, apprend-on, Dosso Mésségbe, un cadre, en fonction à Abidjan, tête de file des frondeurs et ses pairs, auraient des complices au sein de la gendarmerie. Le tribunal de première instance de Man dont dépend la section du tribunal de Touba, se serait saisi du dossier.

Mais, le pire reste à craindre. De sources bien introduites, le clan du chef de terre, serait prêt à se venger si les agresseurs, n’assument pas leurs actes devant les tribunaux.

Yan Kra, Région du Bafing

 

Last modified on samedi, 03 septembre 2016 19:35
Rate this item
(0 votes)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo