L’Union nationale des journalistes de Côte d’Ivoire (Unjci), présidée par Traoré Moussa a organisé le vendredi 3 novembre 2017, à la Maison de la Presse d’Abidjan-Plateau, un press-club exceptionnel. Celui-ci avait pour invité, le ministre de l’Agriculture ivoirien et du développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly. Cette rencontre d’échange avec la presse a essentiellement porté sur l’organisation du Salon international de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA).

Plus rien ne sera comme par le passé ou du moins, comme l’a laissé entendre, Karim Bamba Djikrou avant sa nomination à la tête de la délégation régionale de la Chambre nationale d’agriculture de Côte-d’Ivoire (Cna-ci) en ce qui concerne le trafic des produits agricoles  à travers la frontière ouest du Bafing  en direction de la Guinée voisine.

Selon un communiqué de presse qui nous est parvenu ce mercredi 1er novembre 2017, les paysans ivoiriens de l’Union Syndicale des Paysans de Côte d’Ivoire (USYPACI), soutenu par leurs camarades syndicalistes de ‘’Force Paysanne’’, ont annoncé une marche des paysans de Côte d’Ivoire. En effet, ces paysans projettent des marches éclatées qui auront simultanément lieu à l’Ouest et à l’Est du pays le vendredi 03 novembre 2017. Pour protester principalement contre la baisse du prix du cacao tel que fixée par le gouvernement pour la campagne en cours (2017-2018).

Bosson Brou Evariste, est le Président Exécutif du Repomci qui est le Réseau des Exploitants Producteurs et Organisations Maraichères de Côte d’Ivoire. Avant son voyage pour la France pour une offensive commerciale et partenariale, il a fait des précisions à travers cet entretien exclusif sur justeinfos.net.

La campagne de la commercialisation du cacao bat son plein depuis quelques jours, en Côte d’Ivoire. Le prix du kilogramme fermenté et bien séché fixé officiellement par le gouvernement ivoirien est de 700 Fcfa. En tout cas, c'est l'annonce faite à I ’ouverture de cette campagne le dimanche 1er octobre 2017, par Lambert Kouassi Konan, Président du Conseil d’Administration du café-cacao (Ccc). Mieux, l'ancien ministre de l'Agriculture de Félix Houphouët Boigny a ajouté, à qui veut l'écouter, que des poursuites seront engagées contre les acheteurs qui proposeraient des prix en-dessous de ce montant.  Mais quelques deux semaines, après cette annonce fracassante, la situation sur le terrain est tout autre.

A tous les militants de l’USYPACI,

A tous les producteurs de café cacao,

MISE AU POINT DE  LA DIRECTION DE L’USYPACI RELATIVE A UNE DECLARATION DE NOTRE ORGANISATION A PARTIR DU POST D’UN CERTAIN SIBAHI KOUADIO

Nous avons lu ce jour 15 octobre 2017 une déclaration émanant de la page facebook d’un certain Sibahi Kouadio donnant la position de l’usypaci sur la fixation du prix du cacao de la campagne 2017- 2018. Cette déclaration est signée de  Kouadio Kouamé Emmanuel, le Secrétaire général et  de Konan Evariste, le Secrétaire général adjoint. La direction de l’Usypaci, ne se reconnait en rien en cette déclaration et dénonce son auteur comme usurpateur des noms et signatures des dirigeants de  l’Usypaci. La direction de l’Usypaci ne saurait tolérer quiconque à user de son nom et de sa signature et met en garde monsieur Sibahi Kouadio pour d’autres tentatives.

La Fédération Nationale des Associations de consommateurs  de Côte d’Ivoire (FAC-CI)  à travers son programme annuel  a organisé le samedi 14 octobre 2017 dans un réceptif hôtelier de Cocody Riviera  Palmeraie, un atelier dont le thème  est « Quelle solutions à la promotion d’un riz local sain et durable prenant en compte les questions environnementales ? ».

Le gouvernement a fixé  le prix garanti bord champ de la grande traite du cacao à 700 FCFA. Le président Alassane Ouattara  avait promis aux planteurs de cacao  de  leur payer 60% du prix du marché mondial. Les prix internationaux du cacao fluctuent certes, mais le prix moyen des 12 derniers mois se situe autour de 2500 dollars américains la tonne, soit pas moins de 1375000 FCFA la tonne dont les 60% donnent 825 FCFA le kilogramme.

 

Les prix ont baissé au niveau international, mais pas au point de n’offrir aux planteurs que 700 FCFA le kilo. De plus, si les paysans supportent entièrement la baisse des prix internationaux, à quoi sert alors le fonds de réserve technique créé depuis des années et censé indemniser les planteurs en cas de chute des prix mondiaux ? Les sources gouvernementales et du conseil café cacao avançaient que le montant de ce fonds était de 170 milliards de F.CFA en 2016, quand les planteurs estimaient qu’entre 2011 et 2017, le fonds ayant été régulièrement alimenté sans être utilisé, son montant ne pouvait pas être inférieur à 500 milliards de F.CFA. Le ministre de l’Agriculture affirmait le 23 février 2017 que les mécanismes de soutien, c’est-à-dire les compensations financières avaient été couvertes par les fonds de réserve.

Si ces fonds ne servent pas pour l’objet pour lequel ils sont créés, à quoi servent-ils alors ? A alimenter la  caisse noire de ceux qui les gèrent ? Le conseil café-cacao prélève de l’argent sur le kilogramme de cacao ; cet argent est censé être reversé aux planteurs quand les prix mondiaux baissent. Malgré ces prélèvements, le conseil café cacao n’a pu faire face à la baisse des prix du cacao l’année dernière, la même chose se reproduit cette année, laissant les planteurs dans la désolation. Les écoliers et élèves de parents planteurs de cacao sont encore à la maison alors que la rentrée scolaire a débuté depuis  le 11 septembre 2017. Il n’est pas normal que les planteurs soient considérés comme des vaches à lait pour les tenants du pouvoir.

Face à la gestion des ressources tirées du caco, gestion faite au détriment des producteurs, l’USYPACI lance un cri d’alarme et demande que :

  • Une solution soit trouvée au vol dont souffrent énormément les planteurs.
  • Le gouvernement utilise l’argent accumulé dans les caisses et géré par le Conseil Café-Cacao pour permettre aux planteurs de jouir du fruit de leur travail.
  • Alors donc, producteurs de cacao, l’USYPACI vous appelle à exprimer votre désaccord avec ce prix de 700 F CFA/ le kilo et d’utiliser toutes les voies légales pour faire savoir votre mécontentement partout.

Fait à Gadouan, le 13 octobre 2017

                                           POUR L’USYPACI

Le Bureau Exécutif National

Le secrétaire général

KOUAME Kouadio Emmanuel

Contacts :

SG :   KOUAME Kouadio Emmanuel : 08 41 31 84

SGA :     N’GUESSAN Evariste : 07 29 05 66 / 54 20 85 65    

La dernière Assemblée générale ordinaire de la Société Coopérative Agricole du Tonkpi-Man (Scoop-ATM) pour la session 2016-2017 a eu lieu dans la localité de Dainé (sous-préfecture de Podiagouiné). Il a été révélé à cette occasion que  88 tonnes de cacao ont été exportées. Diverses raisons, selon les responsables de Scoop-ATM justifient l’exportation de ces 88 tonnes de cacao. La principale est que la campagne a véritablement démarré que lors de la campagne intermédiaire.

« Le succès de ce pays repose sur l’agriculture », dixit Félix Houphouët Boigny, le Père de la Nation ivoirienne. Le monde agricole ivoirien a fait sien ce slogan en faisant de l’agriculture le moteur du développement de la Côte d’Ivoire. Face aux exigences de  productivité de plus en plus forte vue les besoins, les paysans ivoiriens ont recourent aux intrants agricoles qui peuvent cependant s’avérés néfastes pour l’environnement et la vie des populations. D’ou la nécessité d’une implication réelle des autorités ivoiriennes appuyées de certaines structures dans la bonne utilisation de ces produits chimiques.

 Entreprise: Groupe JBK

(En cours de constitution)

Tél:  (+225) 07 77 61 60

        (+225)40 37 56 44

 

RESPONSABLE:

BENOIT KADJO

Galerie photo