Côte d’Ivoire : L’opposition passe à la deuxième phase de la désobéissance civile contre le candidat Ouattara Featured

16 Oct 2020
40 times
L'opposition ivoirienne a lancé la seconde phase de la désobéissance civile en annonçant des actes concrets. L'opposition ivoirienne a lancé la seconde phase de la désobéissance civile en annonçant des actes concrets. Photo: Justeinfos.net

L’opposition ivoirienne et les groupements de mouvements de l’opposition (CDRP, EDS, AFD…) ont tenu une conférence de presse conjointe ce vendredi 16 octobre 2020 à la Maison du Pdci-Rda à Abidjan Cocody pour disent-ils passer à la deuxième phase de l’exécution de la désobéissance civile après leur rassemblement du dimanche 10 octobre 2020 au stade Félix Houphouët-Boigny.

Pascal Affi N’guessan du FPI, l’un des 4 candidats retenus à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, principal conférencier a indiqué entrer dans la phase active de la désobéissance civile parce que l’opposition a été contrainte par le régime du président Alassane Ouattara. A cet effet, pour cette phase, l’opposition appelle ses militants, sympathisants, électeurs ainsi que les Ivoiriens épris de paix et de liberté à faire barrage par tous les moyens légaux au coup d’Etat électoral que s’apprête à commettre le président Alassane Ouattara dont la Constitution actuelle interdit de briguer un troisième mandat.

« Cette phase de la désobéissance civile vise à empêcher le convoyage et la distribution du matériel électoral, à empêcher l’affichage électoral, les meetings de campagne, à empêcher la distribution des cartes d’électeur, manifester par tous les moyens appropriés l’opposition au processus électoral en cours », a fait savoir Affi N’guessan. Aussi s’agit-il, a dit le candidat conférencier, pour l’opposition, à travers cette désobéissance civile « de s’opposer à un double coup d’Etat.  Un coup d’Etat constitutionnel car Alassane Ouattara est inéligible, en vertu de la Constitution de 2016 et un coup d’Etat électoral avec la prise en otage du Conseil constitutionnel et de la Commission électorale indépendante (CEI) ».

Pour l’opposition ce qui est en cours actuellement avec la candidature du président Alassane Ouattara « s’appelle un coup de force, un coup d’Etat, un braquage, une imposture, un simulacre et à coup sûr une forfaiture ». Pour le porte-parole de l’opposition, cette élection est impossible par l’absence de représentants de l’opposition au sein de la CEI. Selon Pascal Affi N’guessan le président Bédié et lui ne voulant pas se rendre complice de cette forfaiture ont décidé de ne pas être concernés par ce simulacre d’élection présidentiel.

Affi N’guessan a affirmé avoir confiance aux Ivoiriens qui veulent une élection présidentielle loyale, transparente et inclusive à travers leur mobilisation pour la désobéissance civile. « Nous n’avons pas le droit de reculer. Ce sera trahir de façon historique l’action de bâtir une Côte d’Ivoire vraiment réconciliée, vraiment démocratique. Nous irons jusqu’au bout parce que notre combat est juste », a-t-il déclaré avant d’ajouter que l’histoire révèle que les combat juste remporte…

Georges Armand Ouégnin du mouvement EDS a, à son tour, appelé les militants de l’opposition et les Ivoiriens à passer à l’action afin d’éviter à la Côte d’Ivoire une autre crise postélectorale. « Trop c’est trop. Oui ensemble, agissons par le dialogue et la concertation pour les conditions d’élection libre, juste, consensuelle, inclusive et apaisée », a-t-il lancé.

Répondant à la question d’un journaliste si l’opposition peut-elle accepter que le président Ouattara conduise une probable transition, le président Affi N’guessan a indiqué que si le président Alassane Ouattara fait la proposition, cela pourra être discuté. Mais si cela s’impose à lui, alors, il sera écarté.

Benoît Kadjo       

Rate this item
(1 Vote)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo