Côte d’Ivoire : 60ème anniversaire / Le PCCI met le Peuple face son histoire et son destin Featured

05 Aoû 2020
193 times

Le Parti communiste de Côte d’Ivoire a fait une déclaration relative à célébration, le 7 août 2020 de l’anniversaire de la Côte d’Ivoire indépendante. Pour ce parti, la Côte d’Ivoire et son Peuple doivent chercher à se départir complètement de néocolonialisme. Ci-dessous la déclaration.

 Déclaration

Le 60ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire. Le peuple ivoirien face à son histoire et  à son destin

Lors d’une visite à Alger en 2017, Emmanuel Macron, le président français déclarait que la colonisation est un crime contre l’humanité. Peut-on affirmer qu’il s’agit de sincères regrets ? Impossible de le dire, tant il est facile de faire ce genre d’affirmation après coup et après des siècles de souffrances de toute sorte infligées aux peuples colonisés. Surtout cela devient de la poudre aux yeux lorsque celui qui l’affirme maintient fermement les piliers du néocolonialisme dans notre pays à travers les réseaux de la France-Afrique en place. Face à cette forme de « repentance », il appartient plus que jamais indispensable que le Peuple ivoirien prenne ses responsabilités.

Le vendredi 7 août prochain, c’est le 60ème anniversaire sans ferveur populaire du jour où fut octroyée l’indépendance juridique laissant intact le pacte colonial et cette situation a du mal à faire place à une indépendance réelle. La propagande officielle veut laisser croire que quelques infrastructures construites suffisent à compenser l’appauvrissement et le traumatisme historiques endurés par les peuples. Mais, maintenant que les mensonges entretenus par les colonialistes avec l’aide de leurs complices intérieurs sont progressivement mis à nus,  le Peuple ivoirien s’aperçoit que de nombreux freins s’opposent encore à sa libération effective et à son plein épanouissement.

Au nombre des freins on peut citer:

  1. l’absence d’investissement dans les langues nationales de sorte qu’elles ont du mal à devenir de véritables supports du discours scientifique, des langues d’enseignement et des moyens de communication dans les administrations ;
  2. l’impossibilité d’instruire toute la population du fait de l’imposition du français comme langue officielle ; or sans l’instruction de toute la population les vrais progrès ne sont pas possibles ;
  • l’impossibilité de la gestion de sa monnaie par la Côte d’Ivoire ;
  1. iv) l’imposition d’institutions politiques inadaptées soutenant une démocratie de façade ; etc.

Concernant le dernier point, les élections sensées renouveler  les institutions sont devenues de simples rituels sans signification réelle. Le cadre mis en place par la Constitution est constamment modifié par la seule volonté du président de la république, De sorte que de 1960 à ce jour, l’on est passé d’une présidence à vie qui ne disait pas son nom à une présidence à vie prenant la forme d’une sorte de monarchie constitutionnelle. Dans ce système, le président de la République qui approche de la fin de son mandat, n’a qu’une idée : élaborer rapidement une nouvelle Constitution, prétendre que cela annule tout le passé, que cela remets le compteur des mandats présidentiels à zéro et ce cycle pourra se répéter à vie. C’est la nouvelle trouvaille des partisans du pacte colonial et de la présidence à vie.

Le président Ouattara vient de créer par une attitude ambiguë un débat sur l’application de la limitation constitutionnelle des mandats présidentiels et pourrait s’engager dans la voie des mandats illimités. Une des caractéristiques du système néocolonial est qu’il prend une forme libérale pendant les périodes de calme relatif. Dès que les luttes des travailleurs et des peuples pour leurs droits prennent de l’ampleur, ce système prend une forme brutale et répressive de type autocratique. Dans un cas comme dans l’autre, ce système se renouvelle à travers des élections truquées avec l’accord de toute la bourgeoisie pro impérialiste au pouvoir et non au pouvoir.

Le fonctionnement d’un tel système donne raison à ce patriarche de chez moi qui disait un jour, après une célébration de  cette fameuse indépendance, à peu près ceci: « puisque tout ce qui est mauvais prend fin, le colonialisme et son cortège de travaux forcés, de brimades de toute sorte ont pris fin, à quand la fin de l’"indépendance" et ses divers abus ? ».

Face à l’absence de liberté et de droits au Peuple ivoirien, le Parti Communiste de Côte d’Ivoire (PCCI) lui dit que le début de la fin de l’indépendance formelle ou du néocolonialisme a déjà commencé avec l’élévation du niveau de conscience général constatée en Afrique et dans notre pays ces derniers temps, processus qui se poursuivra et se renforcera. Le PCCI lui dit que c’est à ce prix qu’il prendra son destin en main, à commencer par le processus de désignation de ses dirigeants qu’il arrachera des mains des gestionnaires du pacte colonial et pourra l’inclure dans le domaine de la souveraineté populaire.

Cette libération attendue ne peut être octroyée, mais elle sera le fruit du combat du peuple lui-même. Il sera alors possible de parler de fête de l’indépendance, car ce sera l’indépendance réelle sous le pouvoir des travailleurs et des peuples, une fois la Révolution Nationale Démocratique Populaire Anti-impérialiste (RNDPA) réalisée.

                                                         

Fait à Abidjan, le 4 août 2020

 

                                         Le Parti Communiste de Côte d’Ivoire

Rate this item
(0 votes)
JusteInfos

L'information mesurée et sans passion.

Website: www.justeinfo.net
Login to post comments

Entreprise: Groupe Océan Vision Communication (GOVCom) 

Capital:  5 millions de FCFA 

Siège sociale: Koumassi Sicogi 1,  80 logements Porte N° 3133 

N°RCCM N°CI-ABJ-2018-B-00937 DU 17/01/2018 

Adresse Postale: 10 BP 2856 Abidjan 10 

contacts: (225) 07 77 61 60 40 37 56 44 

GERANT
KAKOU KADJO BENOIT
 
DIRECTEUR DE PUBLICATION ET REDACTEUR EN CHEF 
 BENOIT KADJO
 
 
SECRÉTAIRE DE RÉDACTION
ANGE DINAOULÊ

 

Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Galerie photo